News

Tout le monde en parle et tout le monde en rit. Sur les réseaux sociaux c’est le buzz .Plusieurs artistes Algériens et Français ont participé à un clip pour soutenir le président Abdelaziz Bouteflika, candidat à sa propre succession. Contre de coquettes sommes selon l’aveu même des participants.

Les chanteurs Khaled et Kenza Farah, l’humoriste Smaïn, l’ex-boxeur Farid Khider et d’autres se sont retrouvés à chanter pour la gloire du candidat Bouteflika qui vient de réinventer le culte de la personnalité à la stalinienne au moment où tous les pays du tiers monde qui cultivaient ce type de flagornerie l’ont abandonné. Un clip ridicule, mal fait et mal chanté.

«Laissez-moi chanter. Laissez-moi être heureux. Laissez-moi être fier de mon Président qui a prêté serment à l’Algérie, et qui a tenu la promesse de millions de martyrs», énonce le refrain. Laissez-moi rire…. Ou pleurer répondent de nombreux Algériens

Devant l’ampleur que prend la polémique des artistes expriment leurs «regrets». Interrogée par le quotidien El Watan, Kenza Farah assure qu’elle ignorait la visée politique de ce cette chanson.

« J’ai été invitée à participer à un titre et un clip pour l’Algérie, présenté comme un We Are the Worldmade in Algerie, avec d’autres de mes confrères et consœurs artistes. C’était un honneur d’y participer et de chanter pour mon pays et pour la liberté de ce dernier », explique-t-elle.

Malgré les paroles explicites de la chanson, elle persiste et signe : « A aucun moment, je ne suis et ne veux être associée à tout ce qui a à voir avec la politique. Le but premier de ce titre était de revendiquer mon pays d’origine, et ce, comme je l’ai toujours fait ».


Pour le journal français Le Parisien le boxeur Khider comme d’autres n’a pas prêté attention à l’aspect politique de ce clip. Reconverti en humoriste, ce dernier, qui joue le spectacle «One round Show» tous les mercredis au théâtre du Gymnase, à Paris, est catégorique : lui non plus ne savait pas. Interrogé par leparisien.fr, il explique n’avoir «rien touché du tout».

«On m’a vendu ce clip comme un clip à vocation caritative. Je ne savais pas du tout que c’était une chanson pro-Bouteflika».

.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top