News

Les pauvre sont-ils cons ? Avec sa chanson, Mathieu Côte n’hésitait pas à l’affirmer haut et fort. 

Même si c’est très dur à penser et dire, comment ne pas lui donner raison ? Ce chanteur, mort malheureusement trop jeune, ne leur faisait pas de cadeaux. Pas du genre à les plaindre, leur trouver des circonstances atténuantes. Ni Coco, ni Abbé Pierre.

Son texte, caustique et décalé, analyse au scalpel la moutonnerie des classes populaires. Pour les tenir, pas besoin de grand-chose. Avec une belle bagnole, un écran plasma, le dernier Smartphone, une existence sur FB, une ou deux bonnes comédies, des rêves à gratter etc, ils deviennent très dociles. Prêts à avaler toutes les couleuvres. Et ne jamais cracher dans la main qui les... qu’ils nourrissent. De grands gamins anesthésiés par des jouets made in obsolescence.


Pourquoi les gouvernants de droite et de gauche, ainsi que leurs amis financiers, se gêneraient-ils pour les exploiter ? Avant il y avait les ressources minières ou pétrolière, désormais les ressources sont humaines comme explique ( je cite de mémoire ) très bien Marcel Cohen dans son excellent : « A des années lumière.

La crédulité des pauvres semble un excellent filon. Une mine d’or de génération en génération, capable de remplir son caddie et les urnes. Une manne transmise d’ héritiers en héritiers des très grandes fortunes. Esclaves sans chaines, à part celles de la TNT.
Tous des consommateurs ?

Pour qui ce prenait ce chanteur pour cracher sur une population très précarisée ? Quel mépris ! N’était-il pas aussi con et manipulés que les personnages dont il se moque ? Facile de tirer sur des gens désarmés et affaiblis socio-culturellement.

Idem pour moi et d’autres sûrs de détenir la bonne parole “téléramesque” ou “Médiapartesque”, avoir le bon comportement. Eco responsable, antiraciste, féministe, ouvert, et tout le reste de la panoplie du citoyen parfait. Saintes et saints penchant plutôt à gauche, tour à tour plaignant ou méprisant l’intolérance des “ électeurs du FN. Nous, on pense bien. Les autres, consommateurs et ‘ mauvais citoyens’, à évangéliser.

En fait, nous aussi sommes consommateurs comme ces ‘ qu’est-ce qu’ils sont cons !’. Avec d’autres produits que les leurs. Eux TF1, M6, les journaux gratuits, nous France Culture, France Inter, Causette, Le Monde.... Des fils à la patte différents.

Comme eux, clients directs ou indirects de Pinault, Lagardère ( parolier et musicien de la chanson), où notamment, par le biais de Rue89, des actionnaires du Monde. Sans oublier Bruno Ledoux qui veut transformer Libération en café Costes de la presse. Nul ne peut échapper à l’ emprise de ces capitaines d’industrie. Tous leurs clients.

‘ Pas de soucis, on s’appelle pour valider la soirée. ’ ‘ Je gère vachement bien mon couple… ou ma séparation. ’.

Même les mots utilisés dans le monde de l’entreprise parasitent de plus en plus notre intimité. Nos histoires d’amour, l’éducation des gosses… bientôt téléchargeables sur une appli ? Tout est sous contrôle, mais ne pas oublier le chargeur.

Histoire d’amour téléchargeable sur appli ?
Chacun de nous, à travers ses gestes du quotidien, participe à ce grand barnum consumériste. A genoux devant le Dieu Apple et toutes les autres divinités des nouvelles technologies. Bref : une chair numérique pour de nouveaux industriels. Plus jeunes et plus cool.

Le chanteur évoque l’asservissement des pauvres aux grands groupes industriels et financiers. Les meilleurs alliés de ces derniers sont désignés par les électeurs. Pensant voter pour des idées, ils élisent des actionnaires de grands groupes.

Comme le pauvre se déplace vers l’extrême droite, on place un leurre pour l’attirer. Ce leurre sarkoziste ‘ à morale variable pour son argent de poche vient d’être installé à Matignon. Ferrer le plus possible de pauvres - population en grande expansion- pour les conduire aux urnes. Tout est bon pour les culpabiliser et les manipuler. Hors de question qu’ils s’offrent à un autre carnassier.

Finalement, ce chansonnier parle beaucoup mieux de notre société que nombre de sociologues, journalistes, ou blogueurs qui distillent leurs billets d’humeur. L’écran auquel nous sommes aimantés ne se transforme-t-il pas en miroir plasma de certitudes ? Par delà sa critique des pauvres manipulés et exploités, il décrit aussi nos existences vouées aux boursicoteurs’ et leurs complices à cocarde.

Serviles, obtempérant au moindre claquement de doigts électoral, des citoyens taillables et corvéables à merci. Naïfs et culpabilisés récidivistes retournant aux urnes à chaque ‘ Danger ! Le Front national est aux portes de Paris . La grande méchante Marine, relayée par une presse abondante, nous fait rentrer dans le rang. Morts de trouille à l’idée de perdre notre place dans la queue au supermarché de la République.

Avec ta p’tite chanson, Mathieu Côte tu n’as pas l’air d’un con ! Bien au contraire. Juste un individu qui a très mal aux pauvres , rage lucide face à l’asservissement de plus en plus subtil. Un très grand merci pour tes mots qui ne font pas du bien !

Mouloud Akkouche










0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top