News

Un niveau de satisfaction négatif concernant la sécurité ou les moyens de transport en commun, une mauvaise connaissance du fonctionnement et de la gestion de la ville... C'est ce qui ressort d'une étude accablante sur la qualité de vie à Casablanca, réalisée par Casadialna, en partenariat avec Averty et Hespress.

Casadialna, la plateforme web citoyenne lancée par l’Association Global Shapers Casablanca et l'institut de sondage Averty Market Research & Intelligence, ont réalisé en partenariat avec Hespress, une enquête en ligne sur la qualité de la vie à Casablanca, effectuée auprès de 1.950 répondants.

Cette étude expliquent ses organisateurs dans un communiqué, a eu comme objectifs de mesurer le niveau de connaissance des citoyens par rapport au fonctionnement de la ville et de la gestion des services publics, de déterminer le niveau d’importance des différentes problématiques de la qualité de vie chez les casablancais et d'évaluer leur degré de satisfaction, et enfin de collecter les attentes des citoyens pour l’amélioration des conditions de vie et de la qualité de vie à Casablanca.

Il en ressort en premier lieu, que 66% des répondants estiment avoir une mauvaise connaissance du fonctionnement et de la gestion de la ville, à telle enseigne que 82% d'entre eux ont déclaré ne pas connaitre le nom du président de leur arrondissement et que 53% seulement savent qui est le responsable de l’entretien des routes de la ville.

Sécurité: taux de satisfaction bien en dessous de la moyenne !
Concernant les préoccupations des Casablancais, la sécurité vient en première position, suivie de la propreté des rues, de la circulation, des espaces verts et des transports en commun. Autant de problématiques qui, selon les résultats du sondage, affichent toutes un taux de satisfaction très en dessous de la moyenne.

Concernant les problèmes de sécurité, dont la note de satisfaction ne dépasse pas 2,2/10, les répondants déplorent essentiellement des formes d’agression parmi les plus répandues telles que le vol à l’arraché, les agressions physiques et les actes de vandalisme.

Par ailleurs, seules 37% des victimes ayant subi une agression ont pris la peine de faire une déclaration à la police. En effet, parmi elles, 85% ont exprimé un niveau de satisfaction négatif quant au service fourni au sein du commissariat.

93% des répondants estiment que les effectifs de police déployés dans leurs quartiers sont insuffisants pour garantir leur sécurité.

Même vision négative concernant les raisons du manque de propreté dans les rues, dont 42% des répondants blâment essentiellement l’incivisme des citoyens, suivi par l’absence de poubelles (35%) et l’irrégularité du ramassage (19%). Ils attribuent donc une note de satisfaction qui rampe à 2/10 pour la propreté et à 2,1/10 pour les espaces verts.

Non ponctualité, indisponibilité et inconfort des transports en commun
Quant à la grande question des moyens de transport en commun à Casablanca, dont la note de satisfaction se situe à 2,9/10, les répondants rattachent leur mécontentement au manque de ponctualité (37%), au manque de disponibilité (31%) et à l'inconfort (25%).

Par ailleurs, ils estiment que les raisons principales des problèmes de circulation qui recueillent un petit 2,3/10 quant à la note de satisfaction, elles sont dues à l’état des routes selon 45% des répondants et à l’utilisation abusive de la voie publique (31%).

L’enquête s'est également penchée sur la perception des non Casablancais, qui selon le document sont 81% à avoir exprimé un niveau de satisfaction négatif par rapport à la qualité de vie à Casablanca lors de leur dernier passage dans la ville. Selon ces derniers, les principaux problèmes affrontés sont la propreté chez 81%, la circulation (80%) ainsi que la pollution (77%).

aufait

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top