News

c'est une femme pleine de joie de vivre qui est apparue à l’écran de TF1 dimanche 24 mai dans l’émission Sept à huit. A l’occasion de la sortie de son livre « Mélanie, Française et musulmane », Diam's, de son vrai nom Mélanie Georgiades, a accordé le seul passage télé à Thierry Demaizière, le même journaliste qui a interviewé l’ex-rappeuse en 2012 à la parution de son autobiographie.

Depuis, Mélanie a accompli le grand pèlerinage de La Mecque (Hajj) et a décidé de retrouver son père, celui-là même qui l’a abandonné enfant et qui a alors fait de Mélanie Diam’s, « une rappeuse en colère ».

Celle qui a vendu des millions de disques par le passé déclare aujourd’hui ne plus assumer l'artiste qu’elle fut. Elle dit ainsi ne plus écouter ses chansons et n’entend pas les faire écouter à sa fille. « Il faut le dire, j’étais vulgaire. (…) Je ne suis plus cette femme-là », lance Mélanie Georgiades, habillé d’un jilbeb vert « pour paraître moins noir à l’écran » selon le journaliste.

Casser le cliché des femmes musulmanes
Réagissant sur les attentats de janvier, elle se dit peinée de voir les musulmans réduits « à quelques fous, quelques égarés qui turent, sont barbares ». Tout en condamnant les attaques, concernant les caricatures de Charlie Hebdo - « des dessins qui me choquent personnellement énormément », « il faut entendre que, quand on blesse, il y a des limites ».

Depuis janvier, « on fait profil bas, je fais plus attention quand je sors malheureusement ». « Quand on me reconnait, ils sont très sympas » mais dans le cas contraire, elle confie s’être faite insulter et avoir subi des « Rentre chez toi ». « Je suis Française et musulmane, je n’ai pas à choisir », répond-t-elle.

« Il ne faut pas aller trop loin dans le cliché » sur les femmes musulmanes voilées, déclare Mélanie, qui défend « la liberté d’être soi-même » et qui ne veut pas « qu’on ait une image de moi comme d’une mystique ». Référence est faite à l’image – plutôt masculine - qu’elle dégageait quand elle faisait du rap. « Depuis que je suis voilée, j’ai bien plus accepté ma féminité. (…) J’aime vivre encore plus qu’avant », entend-on de l’ex-rappeuse, aujourd’hui « femme au foyer heureuse ».




0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top