News

Avec un bénéfice net de 53,4 milliards de dollars réalisé sur son exercice 2014-2015, Apple vient d'annoncer les plus gros profits jamais réalisés.

C'était annoncé mais c'est maintenant réel. Apple a réalisé des résultats historiques cette année sur son exercice clos à fin septembre. La société a battu son propre record de chiffre d'affaires et de résultats, mais ça, ça n'a rien d'exceptionnel: elle le fait chaque année comme vous pourrez le voir sur le graphique ci-dessous. En 2015, Apple a vu son chiffre d'affaires grimper de 28%, à 233,7 milliards de dollars et son bénéfice de 35 %, à 53,4 milliards de dollars.

 Et c'est ce dernier qui est exceptionnel. En effet, aucune société auparavant n'avait engrangé de profits annuels aussi conséquents. Le précédent record était détenu par le pétrolier ExxonMobil en 2008 qui avait dépassé les 50 milliards de dollars (en dollars constants) d'une courte tête (voir encadré au bas de l'article). Apple réalise donc une performance historique qu'on peine à mesurer tant les sommes sont ici colossales. Mais à titre de comparaison, il faut savoir que le bénéfice cumulé de toutes les entreprises du CAC 40 en 2014 s’est établi à 62,4 milliards d’euros, soit 68 milliards de dollars. Donc à lui seul, Apple pèserait 79% du CAC 40 en terme de bénéfice. Vertigineux.


Apple n'a pas de "rente de situation" comme les pétroliers
Et la performance est d'autant plus exceptionnelle qu'Apple opère sur un secteur où les profits sont faibles en général et les positions instables. Dans la high-tech, il n'y a pas de "rente de situation", les innovations sont permanentes et les échecs nombreux. Une entreprise peut rencontrer le succès avec un produit et l'année d'après sombrer si l'innovation suivante n'a pas autant de succès. Des entreprises comme Nintendo, Sony ou encore Samsung peuvent en témoigner. C'est la différence majeure avec les autres sociétés à forts profits comme les pétroliers ou les gaziers dont les résultats dépendent le plus souvent du cours des matières premières.

Mais pour Apple, la "matière première" se nomme iPhone. Sur son seul quatrième trimestre, la firme en a ainsi écoulé 48 millions générant un chiffre d'affaires de plus de 32 milliards de dollars. A lui seul l'iPhone représente 62,5% du chiffre d'affaire trimestriel d'Apple qui s'est établi à 51,5 milliards de dollars sur la période. Une "iPhone dépendance" qui commence à inquiéter certains analystes d'autant que la Chine, qui représente désormais le tiers des ventes de l'Américain montre des signes d'essoufflement. Apple est d'ailleurs très prudent pour ses prévisions de fin d'année. La compagnie envisage un chiffre d'affaires compris entre 75,5 milliards et 77,5 milliards de dollars soit à peine mieux que l'année dernière (74,6 milliards de chiffre d'affaires sur les trois derniers mois de 2014). Un ralentissement de la cadence qui rappelle l'adage boursier selon lequel les arbres ne montent jamais jusqu’au ciel.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top