News

L’Union africaine, sous l’instigation d’Alger, a fait des pieds et des mains pour que la pseudo « Rasd » soit représentée au Sommet Inde-Afrique, qui s’ouvre ce lundi 26 octobre. New Delhi a opposé un « niet » catégorique à cette proposition.

La présence du roi Mohammed VI au Sommet Inde-Afrique retient particulièrement l’attention du gotha politico-médiatique de New Delhi. « Le roi Mohammed VI est le premier chef d’Etat africain à arriver à New Delhi », souligne, à l’envi, la presse hindoue, faisant valoir que le souverain a voulu faire un geste fort envers l’Inde en répondant présent au Sommet Inde-Afrique, qui s’ouvre ce lundi 26 octobre à New Delhi.

Cet intérêt porté par l’Inde au royaume du Maroc résonne, par ricochet, comme un camouflet aux manœuvres insidieuses de « l’Union africaine » qui n’a lésiné sur aucun moyen pour » s’assurer une participation des séparatistes sahraouis au Sommet Inde-Afrique.

La réponse de New Delhi a été un « Non » catégorique à la participation de l’entité séparatiste réaffirmant, envers et contre le lobby anti-marocain, son respect de la légitime souveraineté du royaume du Maroc sur son Sahara.

La position hindoue est d’une importance telle qu’elle exclut de facto toute « mention » du fameux « droit du peuple sahraoui à l’autodétermination » dans la Déclaration finale du Sommet Inde-Afrique, ce qui constituera en soi un cuisant échec pour la partie adverse, en l’occurrence « l’Union africaine », et ses vaines tentatives pour faire admettre l’entité séparatiste au sein des forums internationaux.

En contrepartie, la participation distinguée du roi Mohammed VI au Sommet Inde-Afrique se veut, comme l’a si bien souligné India Times, dans son édition de ce lundi 26 octobre, un «geste fort» de la part du souverain en faveur de l’Inde.

D’autant plus fort que le roi Mohammed VI est arrivé à New Delhi à la tête d’une délégation constituée de 400 personnes.

Le roi Mohammed VI a ainsi réussi un véritable coup de maître diplomatique, balayant d’un revers de main toute présence de l’entité séparatiste au Sommet Inde-Afrique, et ce n’est pas tout. Comme le démontre le niveau de représentation officielle du Maroc, - la plus importante délégation en Afrique-, les relations sortiront plus que jamais renforcées avec une Inde qui vise à devenir, à l'horizon 2030, la troisième plus grande puissance mondiale.

Par Ziad Alami
Kiosque360


0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top