News

La 21ème conférence sur les changements climatiques, ou Cop21aura lieu du 30 novembre au 11 décembre, le gouvernement [français] l’a déclarée ‘grande cause nationale’ et attend la venue de plus de 40 000 personnes au centre de conférence du Bourget.

La réunion de Paris suscite l’espoir que se sont fixés les leaders, limiter la hausse de la température terrestre pour ce siècle à 2°C. Pour ce faire, il leur faudrait réduire les émissions de gaz à effet de serre de 40 à 70% dans les 35 prochaines année. Toutes les COP ont été jusqu’ici des demi-échecs, des trois-quarts d’échecs ou des échecs presque complets comme celle de Copenhague.

Les scientifiques qui travaillent sur le climat sont presque tous liés à des groupes industriels. Ces entreprises offrent aux scientifiques qui rédigent les rapports du GIEC, billets d’avion, hôtels 5 étoiles, grands restaurants, argent de poche. En échange, les scientifiques jouent de leur influence pour les faire admettre aux conférences climatiques. À COP21, des stands sont loués entre 80 et 250 000 euros pour 15 jours, où viendront parler les scientifiques payés avec des chèques à 4 ou 5 zéros pour ½ heure ou ¾ d’heure de présence. C’est ce qu’on appelle le « green washing », une façon de blanchir les activités et investissements très polluants des entreprises.

Plus curieuse, la présence à COP21 de pétroliers comme Total ou Esso. Ils ont plusieurs raisons d’être là. La découverte de nouveaux champs pétrolifères dans l’Arctique et en Méditerranée Est, ajoutée au pétrole de schiste américain, a divisé par trois le prix du pétrole. Les pétroliers emploient des lobbyistes pour faire le siège des décideurs gouvernementaux qui seront présents à COP21.
Un journaliste du Telegraph, qui avait assisté à un séminaire international sur l’énergie de l’Opec, rapporte : “Quand on a demandé à l’assistance, composée de plus de 300 délégués rassemblés au magnifique palais viennois de Hofburg, d’indiquer par un vote à main levée s’ils pensaient que la Cop21 […] allait parvenir à un accord contraignant concernant le maintien du réchauffement climatique sous le seuil de 2°C, pas une seule main gantée ne s’est dressée”.
COP21 va donc être comme les conférences précédentes, une vaste foire d’achats-ventes de quotas carbones et de centrales, d’énergies renouvelables et de nouvelles lois, et aussi de moyens de pression sur la gouvernance climatique mondiale exercée par l’ONU afin d’obtenir des gouvernements qui y sont réfractaires comme les États Unis, l’Inde et la Chine, des taxes climatiques supplémentaires.

C’est pourquoi COP21 sera de surcroit complètement polluée par une vaste corruption généralisée, déjà dénoncée par Transparency International sous le nom de « corruption climatique ». Le souci de la majorité des acteurs présents à COP21 est de protéger leurs besoins nationaux en termes de développement industriel et d’accroissement du niveau de vie de leurs peuples, bien avant le souci de sauver la planète par la réduction de la pollution globale, notamment en CO2.

Qui peut croire que les pays comme la Chine, le Brésil, l’Afrique du Sud et bien d’autres, qui cherchent à rattraper le niveau économique de l’Europe et des États-Unis, vont y renoncer pour 1 ou 2 degrés d’augmentation de la température moyenne mondiale que le GIEC n’arrive pas à démontrer de manière convaincante ?

Qui peut croire que les pays développés vont accepter de gaité de cœur de réduire la croissance de leur niveau de vie ? Il faut d’abord être riche et gras avant de se laisser imposer une mise au régime. De plus, les pays développés n’ont aucune envie de donner aux pauvres quand leurs budgets sont dans le rouge, comme l’a montré leur réticence à verser les cent milliards promis à Copenhague pour aider les pays pauvres à régler leurs problèmes climatiques.

On nous dit depuis quelques jours que 2014 a été l’année la plus chaude. Mais par rapport à quelle année ? Par rapport à 2010 qui fut moins chaude que 2003. L’info venait d’un rapport de la NASA. Celle-ci attaquée sur sa méthode de calcul a fini par reconnaitre qu’il y avait une erreur. On le dit aux États-Unis, pas en France où la presse est majoritairement aux ordres de l’Ébat. Elle a retenu les températures relevées en 2014 dans les grandes villes, minimisant ou omettant celles relevées dans les agglomérations de moindre importance et les campagnes où la température est souvent inférieure de 2 à 3° à celle des villes qui ne représentent que 10 % environ de la superficie d’un pays.

COP21 n’a pas pour objectif de « sauver la planète », ses deux objectifs prioritaires sont d’obtenir des taxes nouvelles et de redorer par un pseudo souci écologique l’image de plus en plus dégradée du président français à la veille d’élections où il voudrait que les Verts se rallient à son panache rouge.


Avec Wakeupinfo (Web)




0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top