News

Face à cette horreur, cette violence aveugle, ces meurtres et ces massacres dans les rues de la capitale, notre pensée va d'abord aux victimes, aux blessés, à leurs familles et amis. A eux et à chacun, nos condoléances et le témoignage de notre sympathie.

Condamnation absolue et immédiate. Ils ont, dit-on, crié "Allahu akbar" (Dieu [est] le plus grand) pour accompagner et justifier leurs gestes inhumains. En cela ils ont dit un mensonge et une vérité. Leur mensonge est relatif à l'islam et à son message dont aucun enseignement, jamais, ne pourra justifier leurs actes. Ces actes sont le fruit d'esprits habités par le pire, voire d'esprits sans esprits, manipulés ou manipulateurs. La vérité c'est que Dieu, oui, dans Sa grâce, Son amour et Sa compassion, est plus grand que leur folie meurtrière et que l'islam jamais ne pourra être assimilé ou amalgamé à leur violence extrémiste.

La juste réaction en France serait de faire front commun. Un vrai front commun au sein duquel le gouvernement et les institutions comprennent que les citoyens français musulmans font partie de ce dit front et ne sont pas des "objets d'analyses". Qu'enfin le problème de l'unité nationale fracturée est profond et que c'est en amont des attentats qu'il faudra, ensemble, travailler et éduquer. Pour construire, ensemble, l'avenir et non pour réagir aux drames. Un front commun veut aussi dire le refus, à brève ou à longue échéance, de l'instrumentalisation politique de ces odieuses attaques. Ce serait une victoire, mais hélas, on entend déjà le murmure de voix avides qui nous prouvent que, sur ce front, la défaite est consommée.







0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top