News

Une simple contestation de surfacturation est entrain de virer à une révolte populaire qui peut vite faire tache d’huile. Les intempéries du climat social peuvent causer de fâcheux dégâts si certains aménagements ne sont pas déployés.

En face de cette grogne citoyenne, vous avez les pouvoirs publics qui sont pris de court à la recherche d’une issue pour étouffer le feu sans parvenir à éteindre la braise, et un fournisseur peu scrupuleux dont l’objectif principal est de faire, à tout prix, des bénéfices sur le dos de ses clients.

Copier les méthodes du développement occidental sans tenir compte des spécificités du pays est une reproduction vouée à l’échec. Adapter un nouveau mode de vie, dans un laps de temps court, à l’ensemble d’une population est néfaste à la croissance et propice aux inégalités.

En effet, le mouvement de contestation contre les factures d’eau est en train de prendre des dimensions considérables avec une nouvelle nuit blanche. La nuit voit des milliers de Tangérois amassés à la « Place des Nations » devenu le lieu habituel du rassemblement, pour maintenir la pression sur la société controversée et les autorités de la ville.

La délégation gouvernementale n’a toujours pas réussi à trouver un compromis entre les deux parties ce qui a pour effet de maintenir Tanger sous tension alors que le nombre de contestataires augmente de jour en jour et que la ville semble en inspirer d’autres à travers le pays à suivre le mouvement plus connu sous l’appellation de « Révolte des Bougies ».

Gare si la colère se généralise !

HS
Wakeupinfo






0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top