News

La conférence des Nations Unies sur les changements climatiques, appelée COP 21 vient d’ouvrir ses travaux à Paris. Elle constitue un évènement majeur et décisif pour l’avenir climatique de l’humanité toute entière. Sellal et l’Algérie parmi les 195 pays participants.

Ce rendez-vous mondial rassemble les dirigeants de la planète toute entière : Barack Obama, Mohammed VI, Vladimir Poutine, Xi Jinping..., et se veut historique car des décisions importantes et surtout urgentes doivent être prises très rapidement afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre.

L’Algérie, comme acteur incontournable, est présente à cette conférence. Représentée non pas par Abdelaziz Bouteflika, pour les raisons que tout le monde connait, mais par son Premier ministre, Abdelmalek Sellal, accompagné d’une forte délégation représentant les acteurs du secteur environnemental.
Des propositions concrètes attendues et l’Algérie en a une révolutionnaire

Lors de ce sommet, les pays participants vont devoir se rencontrer, se parler, discuter, échanger et surtout faire des propositions pour s’engager sur l’avenir climatique de la terre.

En ce qui concerne l’Algérie, le Premier-ministre Sellal présentera en plénière l’engagement formel de l’Algérie à réduire, à court terme, l’émission de certains gaz dangereux pour l’environnement en supprimant les plats préférés des algériens contenant Loubia (haricots blancs et/ou rouges). On peut ainsi comprendre que « l’Algérie, ayant pris conscience des effets dévastateurs résultant de la consommation des haricots blancs et rouge par des millions d’algériens, prend la ferme décision et l’engagement de réduire le nombre de plats composés de cet ingrédient.

Un cadre supérieur de l’ONU, en charge de la compilation des propositions des pays a commenté cet engagement algérien : « cette proposition, je ne la sens pas trop ». À bon entendeur ou renifleur.


Repris ici








0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top