News

Dans un entretien accordé à Independenza webtv, le Général français, Jean-Bernard Pinatel, livre une vision explicite sur le conflit Syrien et l’implication des différents belligérants.

Tout le monde y passe : Arabie Saoudite, Qatar, Turquie, France, Etats-Unis…, affirmant que Le grand bénéficiaire aujourd’hui du chaos du moyen orient c’est bien Israël ! L’Arabie saoudite serait la grande lessiveuse de l’argent sale dans le monde et que l’argent de Daech passe en partie par celle-ci.

« On ne peut pas imposer la démocratie par les armes, dans ce cas-là on ajoute la guerre à la guerre. Si on n’était pas intervenu, on n’aurait pas eu les morts qu’on a eu le 13/11 au Bataclan. Ils nous menacent parce qu’on a fait partie, dès le premier jour, de la coalition avec les Etas unis ». Pour la France, l’opération contre Daech est plutôt une « action symbolique », conclut le général.

« La France, qui n’a pas les mêmes intérêts que les américains, s’est faite enroulée dans la farine par ces derniers. Le premier problème de l’indépendance nationale c’est l’endettement, tant qu’on n’est pas désendetté, on est les vassaux des créditeurs qui sont les anglo-saxons, par la bourse de Londres et de New-York » explique M Pinatel.

« On sait très bien qu’Erdogan laisse sa frontière ouverte au pétrole de Daech, qu’en Turquie Daech se réapprovisionne en armes et en munitions, que les blessés de Daech sont soignés dans ce pays », affirme le Général Pinatel


Général Jean-Bernard Pinatel
Il a fait ses débuts de carrière dans les Troupes Aéroportées (chef de section, commandant de compagnie puis chef du bureau Renseignement et Opérations de la 11ème Division Parachutiste), il a été un des fondateurs du Groupe Permanent d’Évaluations de Situations (GPES). Ce groupe était en charge de l’évaluation des situations de crise dans lesquelles les intérêts stratégiques et les forces armées de la France étaient engagés. Il a ainsi contribué à gérer l’indépendance de Djibouti, la libération des otages de Kolwezi et du Polisario, les interventions au Tchad, au Liban et en Centre Afrique, etc.









0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top