News

Silence radio depuis que la SNCF a fait appel suite à sa condamnation au procès qui l’oppose aux cheminots marocains. Les ex-employés du groupe ferroviaire français sont livrés à eux-mêmes, lâchés à la fois par les autorités françaises et marocaines.

Les 832 cheminots sont désemparés devant les procédures judiciaires et ne savent plus à quel saint se vouer. Peut-être des cierges, déposés à Bouya Omar, leur éviteront le même sort que celui des anciens combattants qui ont tous finis par aller dans la tombe avant d’avoir toucher le moindre dédommagement.

Reconnue coupable de « discrimination dans l’exécution du contrat de travail » et « dans les droits à la retraite », la SNCF avait été condamnée, le 21 septembre 2015 par la justice française, à verser des dommages et intérêts à ses ex-employés. La compagnie française a attendu le dernier moment pour faire appel et pourrir la situation à ces anciens exploités au rabais. « Liberté, fraternité, égalité » ne semble pas être la devise de la SNCF qui a toujours considéré une partie de ses employés comme des esclaves et non des travailleurs à part entière.

Malgré 14 ans de batailles judiciaires, Paris et Rabat n’ont jamais abordé officiellement ce litige épineux alors que ce dossier constitue une flagrante atteinte aux droits du travail et humain. Sous prétexte de laisser la justice faire son travail, les gouvernants sont aux abonnés absents. « N’importe quel Etat démocratique aurait ordonné l’ouverture d’une enquête dans une telle affaire », rétorque Boualam Azouhoum du collectif Justice et dignité pour les chibanis.

Où sont les institutions marocaines en charge des dossiers MRE* ?

Les nombreux dossiers MRE en litige s’accumulent sans trouver dénouements ! Les allocations en Hollande, les cheminots marocains en France, les spoliations des biens MRE au Maroc, les allocations des anciens combattants, le séjour des chibanis au Bled… la liste est longue !

Nos institutions préfèrent s’exaucer de déclarations sans lendemain et adoptent la sponsorisation onéreuse de colloques et de foires à forte résonance médiatique que de se risquer à soutenir des causes louables se débinant de la mission pour laquelle elles sont engagées. L’opération « Marhaba » ne suffit plus à maquiller les manquements envers cette population déchirée entre ici et là-bas.

En attendant, le train prend beaucoup de retard pour nos cheminots de la SNCF au risque de voir le voyage annulé pour ces travailleurs considérés désormais comme de renégats.


Wakeupinfo
* MRE : Maocains résidant à l'étranger


0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top