News

A Bruxelles, multiculturalisme rime aussi avec humour. Car si une partie de la communauté marocaine de Bruxelles s'est tristement rendue célèbre pour son implication dans les attentats de Paris, une autre brille par son dynamisme culturel.

Vendredi 15 janvier, au coeur de la capitale de la Belgique, le HuffPost Maroc a assisté à la première de "Bab Marrakech", un spectacle de l'association belge Ras El Hanout, présenté par le comédien belgo-marocain Ismaïl Akhlal.


Pour ses deux premières dates, les 14 et 15 janvier derniers, le one-man-show mis en scène par Mohamed Ouachen, d’après une idée originale d'Ismail Akhlal, Naim Baddich et Salim Haouach, a affiché complet.

Bab Marrakech raconte l'histoire d'une épicerie marocaine située à Bruxelles, souvent comparée à la "caverne d’Ali baba" et dans laquelle tout le monde va faire ses courses. Ismaïl Akhlal, comédien, metteur en scène, co-fondateur de l'association Ras El Hanout et co-gérant de l’épicerie appartenant à son père, Bab Marrakech, joue ainsi son propre rôle, avec un humour grinçant et une bonne dose d’autodérision.

"Il y a environ un an, j’ai commencé à travailler dans l’un des commerces de mon père. Il m’arrivait de vivre chaque jour des anecdotes que je racontais sur mon mur Facebook et qui plaisaient à mes amis. C'est ainsi que l'on a eu l’idée de monter ce spectacle avec mon ami Naim Badich", confie Ismaïl Akhlal au HuffPost Maroc, ajoutant "nourrir l'envie de raconter ses péripéties dans un one-man-show depuis déjà deux ans".

Tout au long de son spectacle, le jeune humoriste revient sur son travail dans l’épicerie familiale pour "faire plaisir à son père malade" et ses rapports avec ses clients souvent originaires de plusieurs pays. Le spectacle évoque aussi sa quête d’une relation plus apaisée avec son père, qu'il compare à "l’histoire de L'alchimiste du romancier Paul Coelho".
"J’ai voulu rendre hommage à mon père car il est venu du Maroc pour subvenir à nos besoins. D’ailleurs, il nous le dit souvent, 'tout ce que je fais, c’est pour vous'. Il était très malade mais rien ne l’arrêtait, il a toujours continué à travailler et a combattu son cancer, c’est donc une sorte d’hommage et de remerciement que j’ai voulu lui exprimer."
Bab Marrakech, c’est aussi une mise en scène parfaitement rythmée. Un spectacle riche en émotion, où l’on passe des rires aux larmes. Ce n'est pas un hasard si le one-man-show a reçu une standing ovation appuyée.

Source : huffpostmaghreb.com




0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top