News

Renault Maroc a produit près de 288 053 véhicules en 2015, en hausse de 26% par rapport à 2014. Le constructeur français, qui a annoncé ces chiffres mercredi 27 janvier, a exporté 89% de sa production marocaine, soit 256 537, en hausse de 26% par rapport à 2014, selon la même source.

Le dixième de la production est écoulé sur le marché local marocain où Renault détient 38% de parts de marché. La France, l’Espagne et la Turquie sont les trois principaux acheteurs des voitures Renault fabriquées au Maroc. L’Égypte, l’Arabie saoudite et la Tunisie sont les trois premiers pays arabes importateurs des quatre modèles Dacia fabriquées au Maroc.

L’usine de Tanger qui a produit 80% de la production de Renault au Maroc peut atteindre une capacité de 400 000 véhicules par an. Le reste de la production a été fabriqué dans la deuxième usine marocaine de la marque au Losange Somaca implantée à Casablanca.

Au Maroc, Renault produit quatre modèles de la sa marque low-cost Dacia. Les Sandero arrivent en tête avec 143 049 unités, soit 50% de la production. Ils sont suivis de Dokker qui représente 25% de la production globale, des Logan avec 40 826 unités (14%) et les Lodgy avec 32 663 unités (11%).

Au Maroc, la production de Renault a augmenté et ses effectifs aussi. Le constructeur français qui produit en Algérie la Symbol, emploie désormais 9 653 personnes dans ses usines de Tanger et Casablanca ainsi que dans son réseau commercial, une hausse de 20,6% par rapport à 2014.

Chômage technique à Renault Algérie
Depuis plusieurs jours, les équipes de montage de l’usine Renault Algérie d’Oued Tlélat (wilaya d’Oran) sont au chômage technique faute de pièces et d’éléments importés de Roumanie.

L’objectif de la première année de production n’a pas été atteint. Ne sont sorties de l’usine que 20 000 voitures fabriquées au lieu des 25 000 initialement prévues. Autre fausse note, les sous-traitants ne se bousculent pas au portillon. Avec l’arrivée prochaine de Peugeot dans la région, la demande de sous-traitants et de main-d’œuvre qualifiée se posera avec acuité.

Déjà, le ministère de la Formation professionnelle envisage la création d’un centre de formation d’excellence dans la spécialité “industrie automobile” à Es-Sénia.

Une délégation française de Peugeot s’est déplacée à Oran, le 6 janvier courant, après un premier report à cause des attentats de Paris le 13 novembre, pour le choix du site qui abritera la réalisation d’une usine en Algérie. Apparemment, plusieurs terrains ont été proposés par les autorités locales. Ces derniers ne cachent plus leur satisfaction face aux retombées positives d’un tel investissement sur la région et toute la wilaya d’Oran.

Arlette Colin
Avec presse





0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top