News

Un mois après les deux coups de semonce de l’Europe au Maroc (cour de justice et parlement), Rabat gèle les rendez-vous bilatéraux et suspend, jusqu’à nouvel ordre, l’ensemble des manifestations et réunions organisées avec les pays de l’Union européenne. Un message a été envoyé dans ce sens par les Affaires étrangères aux différents départements ministériels.

En effet, rapporte le quotidien Les Inspirations Eco, la ministre déléguée aux Affaires étrangères Mbarka Abouaïda a adressé à ses pairs au gouvernement une note (dont le quotidien dispose de la copie) demandant à ce que « soient suspendues, immédiatement, toute participation aux réunions organisées par l’Union européenne et l’organisation de celles inscrites à l’agenda bilatéral Maroc-UE, (en plus) de s’abstenir de tout échange ou contact avec la délégation de l’UE à Rabat, et ce jusqu’à nouvel ordre ». La charge est rude, mais la note fait partie des mesures prises par le Maroc suite à l’arrêt de la Cour de justice européenne annulant l’Accord agricole entre les deux parties.

Cette décision diplomatique musclée, il faut le reconnaître, est destinée à exercer une pression sur le Conseil de l’Europe et surtout la Commission pour accélérer le processus d’appel décidé le surlendemain de la décision judiciaire européenne ; or, les textes laissent le temps aux instances dirigeantes de l’UE pour matérialiser leur appel. Et comme il se pourrait que la Commission ait annoncé sa décision de contester la décision de la justice européenne dans le seul but de « calmer » et de rassurer le Maroc, Rabat veut être fixé sur les véritables intentions de Bruxelles.

Mais ce n’est pas tout... quelques jours après l’arrêt de la cour de justice, c’était au tour du parlement européen de demander que le mandat de la Minurso soit étendu aux questions de droits de l’Homme, une affaire qui avait fait monter le Maroc au créneau voici quelques années, quand le roi Mohammed VI avait pris par deux fois son téléphone pour exprimer, à Obama puis à Ban Ki-moon, la désapprobation du Maroc quant à cette proposition.

La démarche de la ministre déléguée des Affaires étrangères, qui a dû « consulter » plus haut avant d’émettre sa note, est donc le début d’un (autre) bras de fer avec la Commission de Bruxelles, sachant que le Maroc a d’ores et déjà entamé la diversification de ses partenariats économiques et commerciaux étrangers.

Source : panorapost.com





0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top