News

Abderrahman est un jeune marocain qui a été arrêté parce qu’il a osé dénoncer, dans une vidéo, la malfaçon dans la construction d’une route récemment réalisée dans une commune près de Safi (Maroc).

Abderrahman, habitant de la commune de Jemaât Sehim, a tout simplement filmé l'asphalte d'une route récemment réalisée. La défectuosité était tellement évidente qu’on pouvait aisément arracher le bitume à main nue. Cela n’a pas plu aux élus locaux et entre autres le président de la commune qui a déposé une plainte contre un acte citoyen exemplaire.

Amplement visionnée, commentée et partagée, la vidéo a fini par lui valoir une plainte, déposée par le président de la commune qui a poursuivi Abderrahman en justice. Au lieu que ce soit le président de la commune qui soit derrière les barreaux, c’est le citoyen candide qui s’y retrouve ! Les politiques ne sont plus en phase avec la démocratie et encouragent la corruption en protégeant les leurs.


Immédiatement après l'annonce de son arrestation, des marques de solidarité se sont multipliées, au Maroc comme à l'étranger. Les hashtags #‏كلنا_عبد_الرحمان (Nous sommes tous Abderrahman) et ‫#‏شدونا_كاملين (Arrêtez-nous tous) totalisent plusieurs dizaines de posts, dont certains de citoyens réitérant son acte, et dénonçant eux aussi l'état médiocre de milliers d’infrastructures routières.



L’escapade du ministre de l’Équipement et du transport
Sommé de s'expliquer sur l'affaire, le ministre de l’Équipement et du transport Abdelaziz Rabbah a indiqué, sur sa page Facebook, que la route en question « est non-classée, et ne dépend donc pas du ministère de l’Équipement. Le ministère de l’Équipement ne peut donc pas diligenter une enquête dans ce sens. C'est au ministère de l'Intérieur et à la Cour régionale des comptes d'entreprendre une enquête. »






0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top