News

Dans un rapport publié jeudi, l'ONG Amnesty International pointe les "dérives" de l'état d'urgence en France et demande au gouvernement de ne pas reconduire cette mesure d'exception.

Au lendemain de la présentation en Conseil des ministres du projet de loi prorogeant l’état d’urgence une nouvelle fois pour trois mois, Amnesty International demande au gouvernement français, dans un rapport publié jeudi 4 février, de faire la preuve de la nécessité du maintien de l'état d'urgence, dont la mise en œuvre a donné lieu à des "dérives", et à défaut de renoncer à sa prolongation.

Dans ce rapport consacré à "l'impact disproportionné de l'état d'urgence", l'organisation relève une série d'exemples illustrant les "violations des droits humains" constatées depuis son instauration dans la nuit du 13 au 14 novembre 2015. Ce dispositif permet, entre autre, de mener des perquisitions et de prononcer des assignations à résidence sans l'accord préalable d'un juge, des mesures appliquées parfois de façon arbitraire et brutale.
"Des pouvoirs exécutifs étendus, assortis de très peu de contrôles sur leur application, ont causé toute une série de violations des droits humains", juge John Dalhuisen, directeur du programme Europe et Asie centrale d'Amnesty International, cité dans un communiqué. "Nous ne voyons pas comment les autorités françaises pourraient prétendre qu'il s'agit là d'une réponse proportionnée aux menaces qui pèsent sur elles", ajoute-t-il.
Plusieurs organisations, en France et à l'étranger, ont fait part de leurs interrogations, voire de leur hostilité concernant son maintien, notamment le Conseil de l'Europe et le Conseil national des barreaux (CNB), représentant des avocats français.

Source : France24




0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top