News

COP 22 : Le plus grand événement jamais organisé au Maroc ne sera pas produit par une agence d’événementiel nationale.

En effet, l’appel d’offres lancé il y a quelques jours ne laisse aucune chance aux agences de la place.
  1. il faut avoir réalisé au moins 2 événements sous l’égide des Nations Unies sur les 5 dernières années.
  2. il faut déposer une caution bancaire de 7 millions de dirhams.
  3. il faut justifier d’un chiffre d’affaires de 500 millions de dirhams minimum sur les 5 dernières années.
Autant dire que l’on a volontairement coupé l’herbe sous les pieds des agences locales et déroulé le tapis rouge aux agences internationales (tel Richard Attias, GL events, publics pour ne citer que celles-ci).

Une véritable catastrophe pour les agences de la place qui, elles, paient régulièrement leurs impôts au Maroc et qui recrutent à bras le corps sur le marché local contribuant ainsi activement au développement de l’économie nationale.

Ce qui aurait pu être une bouée de sauvetage pour les entreprises nationales risque de se transformer en véritable drame pour ces mêmes entreprises qui voient le trésor leur passer sous le nez dans leur propre pays. Inadmissible et intolérable.

D’autant plus que le donneur d’ordre aurait pu, s’il l’avait réellement souhaité, procéder différemment. L’exemple le plus éloquent est celui de la dernière CAN qui devait se dérouler au Maroc. La FRMF, soucieuse alors de ne prendre aucun risque, avait ouvert l’AO aux seules entreprises nationales en qualité de chef de file en les obligeant toutefois à répondre en groupement avec une agence internationale ayant toute l’expertise requise. Une décision alors largement applaudie par la concurrence car sage, juste et équitable.

Alors oui, la COP est d’un autre niveau et aucune agence nationale ne dispose, seule, de l’ingénierie requise pour un tel événement. Mais à l’heure où les entreprises nationales souffrent de la crise ambiante, l’occasion était belle de leur offrir cette belle opportunité de servir leur pays. Avec l’obligation bien entendu de répondre, en qualité de chef de file, avec une agence internationale.

Au lieu de ça, nous ouvrons la porte à des structures internationales véritables mercenaires de l’événementiel et rapaces devant l’éternel de venir manger notre pain. Et de s’en aller chez eux avec les poches remplies de devises sans que personne ne trouve rien à y redire.

Doit-on nous laisser faire ? Doit-on se taire ? Au nom de la raison d’état ? Ou doit-on s’unir pour empêcher que nous autres soyons les dindons de la farce.

J’invite toutes les agences de la place, petites et grandes, du nord au sud du pays, à s’unir pour arrêter cette injustice et cette mascarade d’appel d’offres. Pour demander une révision de l’AO. Une chose est sûre : on nous a déclaré la guerre mais on ne se laissera pas faire. On gagnera…si on s’unit !


Par Majid Bennis
DG de Hors limite Organisation








0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top