News

Pour sa 38 e édition, le Festival international du court-métrage de Clermont-Ferrand 2016, du  5 au 13 février, présente, comme à l’accoutumée, pléthore de courts-métrage du monde entier.

Côté Regards d’Afrique, 12 courts-métrages y seront ainsi présentés. Parmi eux, on retrouve en sélection officielle « La perruque » de Karim Boukhari. Ce court métrage ressemble à son réalisateur, il est sobre, épuré et provocateur. C’est une succession de plans fixes comme autant de partis pris pour appuyer la détresse de son personnage, mais aussi sa révolte, et son espoir.

La Perruque, c'est l’histoire d’un jeune homme, interprété par Fayçal Azizi, qui entre dans un cinéma et se déguise en femme. Sa perruque, c’est sa protection, sa transformation, son moyen d’expression. C’est un huit clos sur l’identité, le genre, la quête d’amour mais aussi une métaphore de la société marocaine, sa misère sexuelle et ses tabous. Reda, le personnage incarné par Fayçal, est touchant, attachant, et ce qui lui arrive dans ce cinéma ne laisse pas indiffèrent.

Karim Boukhari est journaliste et poète et depuis peu, il est cinéaste aussi. Ce grand passionné de cinéma a enfin réalisé son premier court métrage, après avoir caressé ce rêve pendant des années. Très attendu, et déjà apprécié, ce film intitulé La Perruque, est sélectionné

Une table ronde dédiée au court-métrage en Afrique s'est tenu le samedi 6 février à 18h en salle Lumière en présence de Stephen Abbott, Omar Belkacemi, Karim Boukhari, Fabien Dao, Mahamoud Ibrahim, Azim Moollan, Helmy Nouh et Tami Ravid pour représenter 3 films d’Afrique du Nord, 3 films d’Afrique australe et 2 films d’Afrique de l’Ouest.

Arlette Colin



0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top