News

Après les nombreux scandales dont le dernier en date sur « des petits arrangements » entre les villes d’Argenteuil et Colombes (LeParisien.fr), la commune d’Argenteuil se distingue, cette fois-ci, par des dérapages verbaux envers des citoyens Argenteuillais considérés de seconde zone. L’artiste Argenteuillais Palito en fait les frais et dénonce par un communiqué de presse :

Communiqué :
Une campagne de censure et d'intimidation visant, Palito de Belin, auteur, illustrateur, à le priver de sa liberté d'expression, a été menée puis soutenue par l'actuel maire d’Argenteuil (95), monsieur Georges Mothron « Les Républicains (LR) ».

Palito de Belin, a été mis en examen, le 17 février 2016, par le tribunal de Pontoise suite à une plainte en diffamation déposée par G. Mothron, après une polémique provoquée par ses propos lors du conseil municipal du 29 septembre 2015.
Il avait alors déclaré – non sans ironie – au sujet de discussions avec une association cultuelle musulmane, pour l’acquisition d’un terrain, que « ce n'était pas une discussion de marchand de tapis (sic), c'était très sérieux ».
Ces propos avaient alors choqué de nombreux citoyens, provoquant une polémique sur les réseaux sociaux. C’était en plein débat sur la déchéance de nationalité, et à quelques semaines des élections régionales. La tension autour des sujets liés au religieux était très forte. Palito déçu de voir le maire ainsi parler des concitoyens, qu’il réduisait à la fois à leur pays d’origine et aux pires préjugés qui bien souvent les accompagnent, Palito a publié le 4 octobre 2015, sur un réseau social, la phrase suivante :
« Si les Marocains vendent des tapis, la race des Mothron vend de la haine ».
L’Artiste Palito est binational, franco-marocain qui considère sa binationalité comme une richesse. A travers cette publication, il souhaite exprimer son indignation et sa profonde douleur quant au style injurieux et inconvenant utilisé par le maire M. Mothron pour parler d’une négociation tout à fait banale dans la vie d’une commune, entre une municipalité et une association et se livrer ainsi à des déclarations tapageuses quand on est le maire de la troisième ville d’Île de France. Cela m’est insupportable.

Alors que le souverain du Maroc, le Roi Mohamed VI, est, ce 17 février, en France pour une visite officielle, et alors que ses deux patries sont amies, Palito s’étonne qu’un élu du parti dirigé par Nicolas Sarkozy, pourtant intime du Maroc et de son monarque, se laisse ainsi aller à de telles déclarations.

L’Artiste interpelle le Président des Républicains avec cette question très simple :
Votre parti considère-il que les marocains sont « des marchands de tapis » ?
Palito de Belin









0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top