News

Composante principale de la majorité gouvernementale, le RNI prend ses distances par rapport à ses alliés du gouvernement Benkirane.

Dans son allocution à l’occasion du Conseil national du parti, tenu à Skhirat, Salaheddine Mezouar, secrétaire général du RNI, a été très critique vis-à-vis du bilan du gouvernement, rappelant que « participer dans une coalition gouvernementale », ne veut pas forcément dire « être allié des partis qui la composent ».

Mezouar semble surtout ne pas apprécier les insinuations de certains leaders du PJD qui accusent les Rnistes de "trahison" pour avoir pactisé avec le PAM lors des élections communales et régionales.

Critiquant le gouvernement, Salaheddine Mezouar dit qu'il n'y pas eu d'avancées majeures sur le plan de l'emploi, la relance de l'économie et autres chantiers structurants pour le pays.
« Trahison est un mot très lourd, qui renvoie aux temps de la résistance contre les colons. Ceux qui l'ont utilisé veulent imposer leur loi : soit on est avec eux, soit on est contre eux. Ce genre de discours constitue un danger pour notre pays », lance Mezouar à l'adresse du Chef du gouvernement. Ajoutant que les « Marocains ont le droit de manifester leur colère quand le gouvernement ne répond pas à leurs attentes et à leurs ambitions ».
Alors que l’Exécutif aborde sa dernière ligne droite de son mandat, le RNI attaque, tous azimuts, le parti islamiste en vue des prochaines élections. Après les propos de Rachid Talbi Alami, le Zaïm du RNI tient sa revanche et laisse de côté son langage diplomatique en lançant des critiques contre Benkirane et son parti.

Ahmed Zaki
















0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top