News

Une des mauvaises habitudes les plus notoires des Parisiens ivres est sous les projecteurs une fois de plus. Certains croient que la solution est la peinture qui fait rebondir l'urine.

En se promenant dans Paris le vendredi soir, on peut souvent avoir l'impression de se retrouver dans une ville du Moyen Age. Seuls les plus agiles peuvent enjamber l'urine, parfois des courants d'urine si vous avez de la malchance.

Et vous tomberez sans doute sur un ivrogne, normalement de sexe masculin, qui se soulage quelque part dans un endroit public. On en retrouve un peu partout sur les bas de portes, les marches du métro, derrière les arbres, entre des voitures stationnées, et même sur les sièges des Vélib (vélos en libre-service de la ville de Paris).

Les autorités de la ville sont conscientes du problème et ont déjà annoncé l'installation de 50 urinoirs publics supplémentaires dans les rues, dont certains seront ouverts 24 heures sur 24. Elles ont également introduit une amende de 35 euros pour ceux qui urineront en public, ce qui ne semble pas être une mesure efficace, rapporte le site d'actualité en ligne The Local.

Mais peut-être que la solution n'est pas d'appliquer une amende supplémentaire, mais plutôt de faire réfléchir les gens deux fois sur les conséquences d'un "pipi sauvage".

Encouragé par le succès de l'idée à Hambourg, en Allemagne, un Parisien de 31ans préoccupé, Xavier Delaporte, a envoyé un appel aux responsables de la ville de Paris leur proposant de couvrir les murs de la ville de peinture très hydrophobe, pointant en particulier l'état désastreux des rues, des façades et des chemins du boulevard Ney dans le 18e arrondissement.

Même chose du côté du canal Saint-Martin, dans le 10e arrondissement, où les habitants affirment que la zone ressemble à un grand pissoir. "Un concierge de l'école à proximité ne peut pas laisser les élèves sortir dans la cour, le lundi matin, avant qu'il ne lave toute l'urine", a déclaré un membre du Collectif du canal Saint-Martin l'été dernier, à The Local.

Le projet proposé par M. Delaporte pourrait changer la situation. En se fondant sur l'expérience allemande, il a estimé qu'il en coûterait environ 100.000 euros pour couvrir les murs du 18e arrondissement et du canal Saint-Martin.
"Beaucoup de gens sont vraiment excités de cette idée, je pense, en particulier parce qu'elle n'est pas répressive, mais d'une façon amusante et inattendue elle peut vraiment changer le comportement des gens", a estimé M. Delaporte.
Il y a une chance pour que la mairie parisienne prenne l'idée de la peinture anti-pipi au sérieux. Ils ont déjà annoncé qu'ils allaient commencer par rencontrer M. Delaporte, car ils ont fait pression ces derniers mois pour nettoyer Paris.

Cette peinture spéciale fait rebondir l'urine directement sur les jambes et les pieds de la personne qui urine dans un lieu public, trempant son pantalon. La vidéo promotionnelle du projet allemand montre comment cette peinture fonctionne.


Source









0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top