News

La légende du football néerlandais Johan Cruyff a perdu son combat avec la maladie, jeudi. Le "Néerlandais volant" est mort à Barcelone. Agé de 68 ans. C'est un géant qui est parti jeudi. Un immense footballeur et même bien plus que cela.

Un génie ballon au pied avec une tête bien faite
Johan Cruyff restera dans l'histoire comme un footballeur à part. Un joueur qui a embrassé sa génération comme nul autre, peut-être. Cruyff, né footballistiquement aux Pays-Bas du côté d'Amsterdam, c'est un génie ballon au pied avec une tête bien faite et des convictions. Sa légende, le Néerlandais la construira entre Amsterdam et Barcelone, où il part en 1973 après avoir mis l'Europe à ses pieds avec l'Ajax. Trois ans de suite

"El Flaco", son surnom à Barcelone, est passé à deux doigts de transformer le monde en gigantesque ballon orange. C'était à l'été 1974 et, avec ses copains aux cheveux longs, il avait emmené les Pays-Bas jusqu'en la finale de la Coupe du monde où le rêve ultime s'était effondré face à la RFA de Beckenbauer (2-1). Il y a eu la suite, de Los Angeles à Feyenoord (où il avait terminé sa carrière pour "ennuyer" l'Ajax), ce fut moins grandiose qu'à Barcelone et surtout à l'Ajax. Mais ce n'était pas la fin. Car la carrière du Catalan d'adoption n'a pas terni quand il a décidé de s'asseoir sur le banc de l'Ajax. Puis du FC Barcelone.


Vainqueur de la Coupe des Coupes avec Amsterdam (1987), il est celui qui a permis au Barça de vaincre la malédiction et - enfin - de décrocher la premier Ligue des champions de son histoire, un soir de mai 1992 à Wembley. Mais, au-delà des titres, au-delà des récompenses, Cruyff fut surtout une philosophie bibéronnée à l'Ajax et qui a pris sa pleine mesure à Barcelone où il a fait jouer sa Dream Team comme nulle autre. Pep Guardiola, l'un de ses hommes de base, a bu ses paroles durant des années. Jusqu'à en épouser sa philosophie. Avec le résultat que l'on sait.

Cruyff s'était retiré des bancs de touche depuis 1996 et la fin de son aventure au Barça. Resté dans la capitale catalane jusqu'à sa mort, il faisait parler de lui de temps à autre dans la presse. Et pas toujours pour dire du bien. Mais toujours ce qu'il pensait. Parce que Cruyff, c'était aussi la liberté. Elle s'est envolée jeudi.








0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top