News

L'individu a été arrêté dimanche à l'aéroport de Fès en possession de couteaux, d'une bonbonne de gaz, de cagoule... après avoir été embarqué à Nantes en France.

Comment les services de sécurité françaises ont pu laisser embarquer, dans un avion à destination de Fès, un français signalé comme personne dangereuse en possession d’objets interdits. Il est clair qu’il y a eu un manquement de la part des autorités françaises. L’individu est un ex-militaire français converti à l'islam et « radicalisé ». L’AFP considère mensongères les révélations de la MAP et accuse Rabat de nier de ne pas avoir été informé par Paris.

Armes blanches, machette, cagoule, canifs... (AFP)
Manuel Broustail avait été interpellé en novembre à Angers après les attentats djihadistes de Paris puis assigné à résidence jusqu'à la mi-février. "Les services de sécurité marocains n'ont pas été avisés par leurs homologues français au sujet d'un ressortissant français radicalisé, appréhendé à son arrivée récemment à l'aéroport de Fès-Saiss", avait indiqué l'agence officielle marocaine MAP, citant une source de sécurité.

L'individu a été arrêté avec un bagage contenant au moins quatre couteaux, une machette, deux canifs, une matraque, une cagoule et une bonbonne de gaz. L'arrestation a eu lieu, "car son nom (du Français) était connu des registres marocains", a précisé la même source. D'après les autorités françaises, le bagage emporté en cabine par Manuel Broustail a bien été contrôlé lors de l'embarquement et ne contenait rien de suspect. Son bagage en soute a été contrôlé par des détecteurs électroniques d'explosifs, qui n'ont pas réagi.





0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top