News

Dans l’indifférence générale, l’ONU, l’Organisation des Nations Unies, a produit en septembre 2015 sa feuille de route pour les 15 prochaines années. Orwell peut sourire dans sa tombe.

Depuis la dernière décennie, les Nations Unies ont impudemment procédé à leur propre remodelage, pour se transformer elles-mêmes en une identité gouvernementale globale, aspirant à obtenir des instances légales son contrôle dominant à travers le monde.


Diviser le monde pour régner
L'idée maîtresse de balkaniser le Monde Arabo-musulman est aujourd'hui ouvertement admise. Sur les ruines des états démantelés, arabes (Irak, Syrie, Arabie, Soudan, Libye, Algérie, ...) et non arabes (Iran, Afghanistan, Pakistan, etc.), on installe des micro-califats islamistes et sous protection américaine.

« D’abord nous devons en finir avec les régimes terroristes, à commencer par les trois grands : Iran, Irak et Syrie. Puis nous nous occuperons de l'Arabie saoudite. … Nous ne voulons de stabilité ni en Irak, ni en Syrie, ni au Liban, ni en Iran ou en Arabie saoudite. Nous voulons que les choses changent. La question n'est pas de savoir s'il faut déstabiliser mais comment le faire. "The War against the Terror Masters (Guerre contre les maîtres de la terreur), Sep. 2002, de Michael Ledeen, membre du groupe des néoconservateurs de Georges Bush.


Le plan de remodelage du Proche Orient
Le plan Oded Yinon (analyste du ministère israélien des Affaires étrangères) préconisait, en 1982, le démantèlement pur et simple des États arabes. Le plan passe en revue dix-neuf États arabes en répertoriant leurs principaux facteurs centrifuges, annonciateurs de désintégration.

Le Pentagone redessine le monde arabe
La guerre contre l’Irak est menée à des fins beaucoup plus larges qu'un simple « changement de régime » ou une « élimination des armes de destruction massive »; mais d'abord et avant tout dans le cadre d'un effort global pour établir les États-Unis comme l'unique superpuissance internationale, …; ce n'est qu'une première étape d'un plan de longue durée et de grande envergure visant à déployer des frappes encore plus agressives contre l'ensemble du Moyen-Orient arabe, afin de « refaire le monde arabe » pour assurer la survie - et élargir la puissance - de l’état d’Israël ». Michael Collins Piper, écrivain américain


Des États détruits. Des révolutions confisquées
Ces plans sont en cours. Ils sont en train de mettre à feu et à sang les pays du Maghreb et du Moyen-Orient. Que constatons-nous ? L’Irak est détruit et démembré : trois régions autonomes se livrent une guerre par terrorisme interposé, faisant des dizaines de morts innocentes chaque jour. Le Soudan est démembré. Pour conserver leur pouvoir à Khartoum, les islamistes soudanais ont cédé la partie la plus riche de leur pays à l’ennemi. Sous d’autres cieux, ils auraient été condamnés pour haute trahison. Au Soudan, en Irak, en Libye, au Yémen, et en Somalie, l’Etat est en décomposition avancée. Le Liban ne se remet pas des coups de boutoir assénés par Israël. Sans le Hezbollah chiite, et sans les soutiens syrien et iranien, le Liban aurait été dépecé depuis longtemps. La Palestine est à l’agonie. La Syrie, comme l’Algérie il y a quelques années, lutte pour sa survie. L’Algérie a pu échapper à ce complot au prix de deux cent mille morts.


Le nouveau globalisme utilise toutes les pressions afin de rassembler, soumettre, ou éliminer les groupes protestataires, et de les forcer à se conformer aux nouveaux idéaux. Les États souverains doivent se conformer au dictat des Nations-Unies, et cela à l’encontre des citoyens du monde qui n’ont plus la moindre autorité établie pour intenter des recours.

Arlette Colin

















0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top