News

M. Ban Ki-Moon sait très bien qu’un Etat fantoche à Tindouf n’est pas viable ni souhaitable. Il sait très bien que la marocanité du Sahara est juste, mais il joue son rôle et parle «d’occupation» comme si nous étions en Palestine. Je crois sincèrement qu’il s’est trompé de voyage et de visite.

Il y a longtemps que les Nations Unies ne servent plus à grand chose. Ce que le général De Gaulle appela «ce machin» poursuit son destin dans l’inutilité flagrante à part quelques exceptions si rares, pourvoyant du travail à des fonctionnaires sans grande imagination ni pouvoir. Il n’avait pas empêché G. W. Bush d’envahir l’Irak et de commettre le malheur de toute la région. Par ailleurs, cela fait des décennies que cette brave assemblée édicte des résolutions condamnant l’Etat d’Israël. Autant de bouts de papier qui s’entassent dans les tiroirs et qui ne sont suivis d’aucun effet. Israël n’a jamais respecté aucune de ces dizaines et dizaines de résolutions, manifestant publiquement son profond mépris pour ce «machin».

Aucun conflit important n’a été résolu grâce à cette instance où, seul le Conseil de sécurité a quelque pouvoir avec l’utilisation du véto. Le reste c’est du bavardage, de la bureaucratie, de l’administration kafkaïenne et du vent qui n’assure même pas la fraicheur quand on étouffe à l’intérieur de ces murs.

Au lieu que M. Ban Ki-Moon vienne perdre son temps à Tindouf et chez ses amis algériens, il aurait mieux fait d’aller s’enquérir sur place de l’état de survie des Kurdes seuls à se battre sur le terrain contre Daech, il aurait pu rendre visite aux Palestiniens dans des territoires réellement occupés par un Etat puissant, arrogant et qui ne tient nullement compte des condamnations onusiennes. Non, ça, il laisse faire et ne bronche pas. Il concède à Israël le statut d’un Etat intouchable, qui peut faire des massacres quand il veut le dernier fut durant l’été 2014 et reste impuni.

Ce «machin»-là est usé, fatigué et lourd. Il est devenu obèse et de ce fait n’est plus capable de souplesse, d’agilité et de vraie diplomatie.

Le Maroc ne demande pas qu’on soit «gentil» avec lui, il réclame l’application du droit. Le Sahara est un territoire marocain et tout le monde sait, à commencer par le Secrétaire général de l’ONU, que derrière ce conflit l’Algérie tire les ficelles et paie le prix fort pour que ces ficelles parviennent à empoisonner la vie et l’évolution du Maroc. C’est une vieille histoire entre «frères ennemis» dont l’un est jaloux, envieux et mesquin, se focalisant sur le Maroc qui n’a pas de pétrole ni de gaz mais qui a un capital humain vivant et un monarque aimé et respecté parce qu’il sert son pays sans relâche.

M. Ban Ki-Moon sait très bien qu’un Etat fantoche à Tindouf n’est pas viable ni souhaitable. Il sait très bien que la marocanité du Sahara est juste, mais il joue son rôle et parle « d’occupation » comme si nous étions en Palestine. Je crois sincèrement qu’il s’est trompé de voyage et de visite. Au lieu d’aller chez les Palestiniens dont les territoires ont été usurpés par Israël, au lieu d’aller découvrir comment cet Etat pratique un apartheid sans le dire, au lieu de venir en aide à un peuple qui est au bord du désespoir, son avion a été détourné par le vent de la mauvaise foi et l’a déposé là où des terroristes d’Al Qaeda et de Daech s’entraînent pour rejoindre l’armée du pseudo « État islamique ». Evidemment, il n’a rien vu à Tindouf. Ses amis américains pourraient lui montrer des vidéos de cette ville que la France a volée au Maroc en 1932 et a annexée à l’Algérie à l’époque française, cette ville devenue un terrain fécond pour le terrorisme international. S’il n’a même pas été informé de cela, c’est que ses services ne font pas leur travail ou ferment les yeux.

Par Tahar Ben Jelloun
Le360.ma





0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top