News

L’Algérie officielle vient de recevoir en grandes pompes le secrétaire général des Nations Unies M Ban Ki Moon. Outre Alger, ce dernier a visité les camps de Tindouf en territoire algérien qui abritent des réfugiés du mouvement séparatiste du Polisario. Officiellement cette visite vise à réenclencher le processus de paix dans cette région.

Bien qu’officiellement les autorités algériennes déclarent que cette affaire relève des Nations Unies, Alger est bien partie prenante. Je rappelle donc que ce pays prenant prétexte de la défense « du peuple du Sahara » mène une véritable guerre largement ignorée par médias contre le Maroc. Voici comment.
  • Guerre économique en s’engageant dans une course folle aux armements pour mettre à genou le Maroc qui dispose de moins de ressources et en maintenant fermées les frontières Est du pays pour le couper du reste du Maghreb et de son prolongement arabe. Officiellement pour l’Algérie cette fermeture des frontières terrestres visait à protéger ce pays « du trafic de drogue et de la contrebande ». Or tout le monde sait que c’est la fermeture des frontières qui encourage ces trafics.
  • Guerre diplomatique en mobilisant ses diplomates dans toutes les organisations et forums internationaux contre le Maroc ; en finançant toutes sortes de lobbies et les représentations diplomatiques et autres bureaux du Polisario en s’opposant systématiquement au Maroc partout.
  • Guerre tout court, en armant et en abritant des combattants contre le pays voisin. Pendant les hostilités, les combattants du Polisario armés par l’Algérie faisaient des incursions à partir du territoire algérien de Tindouf et attaquaient les troupes marocaines et repartaient tranquillement se réfugier en Algérie. Hassan II qui était en droit d’exercer un droit de suite en territoire algérien s’est toujours interdit d’insulter l’avenir en engageant une guerre ouverte avec l’Algérie. L'Algérie continue d'abriter sur son territoire le Polisario, si ce n’est pas un acte de guerre ça !
  • Beaucoup plus grave est la guerre médiatique. Dans une déclaration M Mustapha Khalfi ministre de la communication a déclaré que la presse algérienne a produit en un an plus de 1600 articles hostiles au Royaume en une année soit 4 à 5 par jour. Ce qui en dit long sur la prétendue liberté de la presse dans ce pays. . Cette guerre médiatique est beaucoup plus grave car elle entretient toute une génération d’algériens dans une hostilité maladive à l’égard du Maroc présenté comme un ennemi et une menace pour l’Algérie.
Tout cela pour une cause qui n’en n’est pas une. Dans un récent article Nezha Tabech rappelle à ce sujet des faits historiques et interpelle avec dépit les journalistes et hommes politiques marocains et à travers eux l’opinion publique internationale.
« Pourquoi ?
Pourquoi le Maroc… Pourquoi les journalistes marocains, les intellectuels marocains, les politiques marocains omettent-ils de rappeler que c’est à la demande du Maroc en 1963 que Sidi Ifni et le Sahara espagnol ont été inscrit par l’ONU sur la liste des territoires non-autonomes ? Pourquoi omettent-ils de rappeler que l'Espagne a rétrocédé Sidi Ifni en 1969, conformément à la résolution 2072 de l'Organisation des Nations unies (1965), qui appelle à la décolonisation de Sidi Ifni et du Sahara occidental, mais elle a conservé le Sahara occidental jusqu'au début de la marche Verte (1975) qui a boutée définitivement le colonisateur espagnol des terres marocaines ?

Pourquoi ?
Pourquoi les marocains ne rappellent-ils jamais, que c’est en octobre 1956 que le Maroc affirma auprès du Conseil des tutelles des Nations Unies ses droits , Sidi Ifni, Saquia El Hamra et Oued Eddahab (Rio de Oro) ?

Le Sultan Mohammed V réaffirma en 1958 cette revendication lors de son célèbre discours de M’hamid El Ghizlane. Plus encore, dans le texte de la conférence de Tanger 1958, signées par le Néo-Destour Tunisien, l’Istiqlal Marocain et le FLN Algérien, on peut toujours y lire la résolution suivante : « Constatant par ailleurs que la lutte menée par les populations pour leur libération de la domination coloniale et leur retour à la patrie marocaine, s'inscrit dans l'unité historique et technique du Maroc, comme elle traduit les aspirations profondes de ces populations ». À cette époque, il y avait même une Direction des affaires sahariennes et frontalières au Ministère de l’Intérieur Marocain, et une émission radio « la voix du Sahara Marocain ».

Pourquoi ?
Pourquoi le Maroc… Pourquoi les journalistes marocains, les intellectuels marocains, les politiques marocains omettent-ils de rappeler que c’est le Maroc qui proposa le premier le principe de l’autodétermination, en 1981 lors du sommet de l’OUA à Nairobi ? Et, c’est l’obstruction de l’Algérie qui empêcha un tel scrutin de se tenir, car elle voulait (avec le Polisario) limiter le corps électoral aux seuls sahraouis couverts par le recensement espagnol de 1974 (73 000 personnes), alors que le Maroc voulait l’étendre aux sahraouis qui avaient fui la répression espagnole pour s’installer au sud du Maroc incontesté. En application de la logique défendue par l’Algérie, Khelili Mohamed Salem Rguibi qui servait dans l’armée marocaine et son fils de Hmatou Khlili Mohammed Salem Rguibi dit « Mohammed Abdelaziz » n’auraient pas pu participer audit référendum car il vivaient à Marrakech. Aminatou Haydar, proche de Kerry Kennedy, non plus, car sa famille vivait en territoire marocain incontesté.

Pourquoi ?
Pourquoi le Maroc… Pourquoi les journalistes marocains, les intellectuels marocains, les politiques marocains ne rappellent-ils jamais que l’histoire du combat du Maroc pour recouvrir son intégrité territoriale sur ses provinces du Sud, commence aussi par « la Guerra Olvidada » ? La Guerra Olvidada qui signifie "la guerre oubliée", c’est le nom donné aux opérations militaires menées par l'Armée de libération marocaine entre octobre 1957 et avril 1958 contre les troupes coloniales espagnoles pour libérer Sidi Ifni, Tarfaya et le Sahara occidental de l'occupation espagnole.

Cette guerre est considérée comme faisant partie du mouvement général de décolonisation qui s'étendit en Afrique durant la deuxième moitié du XXe siècle. La guerre fut dirigée principalement par des éléments de l'armée de libération marocaine, la même formation militaire de libération qui lutta pour l'indépendance contre les Français, dirigée par le général marocain Ben Hammou de la tribu des Aït Baamrane. Cette formation militaire marocaine lança des opérations militaires dans tout le Sahara occidental et le sud de la Mauritanie qui étaient à l'époque colonie française. En 1958, des accords sont signés entre le gouvernement espagnol et le Maroc. Celui-ci obtient la rétrocession de la région de Tarfaya (Cap Juby), à l'exclusion de Sidi Ifni et du reste du Sahara espagnol récupérés plus tard par le Maroc en 1969 et en 1975. »

Il faut ajouter que sur le plan international, la Cour Internationale de Justice de La Haye en 1975 a répondu de façon claire que le territoire du Sahara occidental n’était pas un terrain sans maitre d’une part et que des liens d’allégeance « unissaient les habitants du Sahara aux sultans du Maroc ». Les mêmes liens qui unissaient ces sultans aux autres régions du Maroc. La Cour a reconnu aussi des liens entre le Sahara et l’ensemble mauritanien qui ne constituait pas un état. C’est pourquoi, ce territoire a été d’abord divisé entre le Maroc et la Mauritanie qui s’est désistée volontairement par la suite au profit du Maroc. La cour a répondu aussi à une question qui ne lui a pas été posée sur l’autodétermination des peuples mais pas à l’intégrité territoriale des états

Les liens d’allégeance avec les Rois du Maroc étaient les seuls liens de souveraineté qui unissaient aussi les autres régions du Maroc notamment des villes comme Marrakech, Agadir, Fès, Oujda, Meknès ou Tanger. La réponse du Maroc a été en ne peut plus claire : à la fin du protectorat franco- espagnol, les populations des autres régions du Maroc liés aussi au Royaume par les liens d’allégeance n’ont jamais été consulté sur leur appartenance ou non à ce pays qui éxistait en tant que tel avant l'arrivée des français et des espagnols. Pourquoi alors la zone sud du Sahara Occidental. Par ailleurs si consultation il y a, cette consultation devait englober tous les habitants originaires de ce Sahara et qui se trouvent par milliers dans les autres régions du Maroc. Ce qui est un non-sens. C’est fort donc de l’avis de la CIJ que le Roi Hassan a entamé des négociations avec l’Espagne pour récupérer ce territoire après la Marche Verte.
En conséquence, et comme il a été développé plu haut, l’histoire du peuple sahraoui est un mythe entretenu par Alger. Le Sahara est une entité géographique et non pas un peuple. Il y a un Sahara au Maroc comme il y en a un en Algérie, en Tunisie, en Mauritanie en Libye en Egypte au Mali au Niger etc…





0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top