News

Avec les troisièmes réserves africaines en hydrocarbures, des réserves de change à quelques 190 milliards de dollars, l'Algérie pourrait afficher le sourire. Et pourtant NON, on estime que trois algériens sur cinq vivent sous le seuil de pauvreté.

Comment expliquer que l'Algérie soit à la fois si riche et si pauvre ?

3e PIB de l’Afrique, 1er pays d’accueil d’IDE de la zone MEDA, 9e exportateur du pétrole au monde ! Le taux de chômage est le plus élevé au Maghreb. L’économie algérienne repose sur le dirigisme voire le nationalisme avant que le choc pétrolier ne change la donne. Le fardeau de financement du plan d’industrialisation s’est avéré un fiasco et a fini par avoir raison de l’économie du pays.



Un pays riche rempli de pauvres
Le pays dispose de 40 mois de réserves pour ce qui concerne les importations, qui assurent l’essentiel de la consommation du pays. C’est-à-dire que le pays n’arrive pas à produire ce qu’il consomme, et qu’il utilise ses pétrodollars pour faire ses courses.

Que s’est-il passé ? Comment un pays peut-il être si riche (173 tonnes d’or, 200 milliards de dollars de réserves… placés à 80 % en bons du Trésor américain ou obligations européennes… et qui rapportent 4 milliards par an au pays) et ses citoyens sont si pauvres ?



Le pillage
Devant cette situation de désolation, qui jette le discrédit sur les institutions de l’état algérien à commencer par son armée, des êtres sans scrupules profitent du chao qu’ils ont créé en s’enrichissant. Les rares cadres qui se sont dressés pour éviter la catastrophe se sont retrouvés en prison. Aucune armée au monde n’est aussi fameuse pour les affaires de corruption et d’enrichissement illicite que l’armée algérienne.

L’Algérie meurtrie
Le pillage à grande échelle d’un peuple profondément meurtri a jeté le peuple algérien dans les abîmes de la pauvreté, la famine et la dépendance. La société algérienne a vu apparaître ces dernières années des maux extrêmement graves : de la prostitution infantile pour un bout de pain, aux réseaux des dealers de drogue qui sont protégés d’en haut pour aider la jeunesse algérienne à oublier qu’elle a des droits sur ses dirigeants et sur son armée.



Le gouffre du polisario
La survie du polisario coûte plus de 60 milliards de dollars, soit 42,6% du PIB Algérien. Bien entendu, ces chiffres n’incluent pas les aides humanitaires internationales en nature destinées aux populations civiles dans les camps de Tindouf. A cette somme, s’ajoute aussi le manque à gagner sur le prix de vente du gaz et du pétrole. Wikileaks a révélé que Bouteflika utilise le prix de vente des hydrocarbures comme moyen de pression sur certains pays européens pour les dissuader de cautionner le plan d’autonomie du Sahara proposé par le Maroc. Si cette somme d’argent a été investie dans les services publics, estime un observateur, ce pays serait aujourd’hui parmi les vingt premières nations au niveau du développement humain et aucun Algérien n’aurait eu besoin d’émigrer clandestinement en Europe à bord d’une barque de fortune courant le risque de périr au fond de la Méditerranée.

Prendre son mal en patience
Le gouvernement dirigé par Abdelmalek Sellal, doit répondre en urgence à cette problématique. Mais est-il un bon manger pour redresser la situation ? La paupérisation menace des pans entiers de la société et l’inflation galopante qui s’accentue aggrave le problème. Les nécessiteux devront donc prendre encore une fois leur misère en patience.




0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top