News

Le cabinet du maire d'Argenteuil a ordonné à l'équipe des cinémas de retirer de la programmation deux films proposés par deux associations locales. Cet acte de censure inédit bafoue la liberté d'expression et met en cause le travail accompli par les associations depuis parfois des dizaines d'années.

Argenteuil, le 25 avril 2016 – L'Association de Défense du Cinéma Indépendant, des Films d'Auteurs et des salles d'Art et d'Essai (ADCI) propose régulièrement dans les cinémas d'Argenteuil la découverte de films indépendants de qualité à raison de 10 séances par an depuis 17 ans. À l'issue de chaque projection, un débat avec le réalisateur ou un protagoniste du monde du cinéma permet à toutes les opinions de s'exprimer.

Interview de René Beretz / Coprésident de l'ADCI

Nous avons appris par l'équipe du cinéma que deux films avaient été déprogrammés du cinéma local par la mairie. Le film La sociologue et l'ourson d'Etienne Chaillou et Mathias Thery programmé par notre association présente, d'une manière originale et ludique à base de figurines en peluche, les enjeux du débat sur le mariage pour tous. Ce film, actuellement en salle, a reçu d'excellentes critiques. Quant au film 3000 nuits du réalisateur Mai Masri, il a été programmé par l'association Argenteuil Solidarité Palestine dans le cadre du festival Ciné-Palestine organisé à Paris et en banlieue. Le film raconte l'incarcération d'une jeune palestinienne dans une prison israélienne.

Nous ne comprenons pas cette décision car nous sommes une association de cinéphiles et choisissons les films avant tout pour leurs qualités artistiques propres et leurs écritures cinématographiques singulières. Nous avons ainsi présenté récemment No Home Movie de Chantal Akerman et Les ogres de Léa Fehner.

Depuis quand existe-t-il un comité de censure pour la programmation des cinémas à Argenteuil ? De qui est composé ce comité de censure ? Quels sont les critères des agréments ?

La liberté d'expression et le dialogue sont les bases de bonnes relations avec des associations culturelles, aussi nous nous élevons contre cette attitude qui manifeste un mépris absolu envers les initiatives culturelles venant d’associations partenaires depuis bientôt 20 ans et traduit un refus idéologique de réflexion sur des questions qui se posent dans le contexte actuel.

Tout cela risque de donner de notre ville une image sectaire et bloquée. Argenteuil mérite mieux.

Les coprésidents de l'ADCI
Laurence Conan et René Beretz

Association pour la Défense du Cinéma Indépendant,
de Films d'Auteurs et des Salles d'Art et d'Essai
Siège social : Espace Mandela 

82, bd du Général Leclerc – 95100 ARGENTEUIL








0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top