News

Le ministère du Développement social a publié une enquête sur le handicap au Maroc. Cette dernière démontre que deux millions de Marocains sont directement concernés. L’enquête rompt toutefois avec les chiffres avancés dans des statistiques internationales.

Selon une enquête du ministère du Développement social, de la famille et de la solidarité, publiée mardi 26 avril et menée en population générale et sans restriction d’âge, plus de deux millions de personnes souffriraient de handicap au Maroc, soit 6,8% de la population globale. Le taux de prévalence du handicap était seulement de 5,12%, en 2004, lors de la première enquête réalisée par le même ministère.

Dans le détail, l’enquête indique que 95% des cas de handicaps enregistrés sont légers ou moyens et 2,2% sont atteints d’un handicap lourd. «Le taux de prévalence est plus élevé chez les personnes âgées de plus de 60 ans (33,7%) en raison de certaines maladies et pathologies qui conduisent au handicap et à la dépendance» explique ainsi le rapport. Chez la population âgée entre 15 et 59 ans, il représente 4,8%, alors qu’il est de 1,8% chez les personnes âgées de moins de 15 ans. Selon le niveau d’instruction (5 ans et plus), les personnes ayant des niveaux d’instructions bas sont les plus atteintes par le handicap : préscolaire traditionnel (17,2%), sans instruction (16,4%), programme d’alphabétisation (11,9%).

Les chiffres reflètent-ils la réalité ?
Néanmoins fouillés, ces chiffres interpellent quand on les compare à ceux évoqués par l’enquête sur la santé dans le monde, établie en 2011 par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Cette dernière précise qu’environ 785 millions de personnes âgées de plus de 15 ans, soit 15,6% de la population mondiale, vivent avec un handicap. Un différentiel qui qui n’a pas manqué d’étonner Idir Ouguini, fondateur de l’association Horizon pour les handicapés, créée à Ouarzazate en 1994 et membre actif du groupement associatif d’entrepreneuriat social : «Les chiffres marocains me semblent plutôt logiques mais il est vrai que le différentiel est important.» Selon ce dernier, le Maroc a respecté la Convention relative aux droits des personnes handicapées, érigée par les Nations unies et s’est basé sur le protocole de Washington, qui détaille la procédure à suivre pour le recueil des données en matière de handicap, au sein d’un pays. Néanmoins, si un doute subsiste, Idir Ouguini estime qu’il réside davantage dans «l’échantillon évalué qui, pour une raison ou une autre, aurait pu être mal choisi.»

L’enquête réalisée par le ministère explique néanmoins sa méthodologie : «L’échantillon de ménages a couvert l’ensemble des 16 régions du territoire national (urbain et rural), il représente toutes les catégories sociales. La base de sondage retenue est celle relative aux données cartographiques du HCP qui a servi pour la réalisation du RGPH 2004», détaille ainsi le rapport. L’échantillon retenu est constitué de 16 044 personnes, tandis que celui de 2004 réunissait 9080 témoins. L’enquête précise toutefois que ces échantillons permettent un niveau de précision de 95% et qu’une marge d’erreur absolue, comprise entre 1 et 3% selon les régions, pourrait avoir lieu.

Par Benjamin Bousquet
telquel.ma














0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top