News

En Algérie, ni les dirigeants algériens, ni ceux du Polisario ne s’attendaient à un tel coup de massue. L’annonce d’un sommet entre le roi Mohammed VI et les dirigeants du Conseil de coopération du Golfe, le 20 avril à Riyad, a eu l’effet d’un choc.

D’après une source bien informée dans le QG du Polisario à Tindouf, l’émotion à Alger est d’autant plus grande que ce premier sommet du genre entre le Maroc et les puissants Etats du Golfe signe la réussite de la stratégie diplomatique arabe du royaume.

Alors que l’Algérie tablait sur un isolement diplomatique du Maroc pour mieux continuer son action de harcèlement sur le dossier du Sahara, ce sommet marque au contraire une montée en puissance du Maroc sur le plan diplomatique.

Selon la même source, l’inquiétude d’Alger est compréhensible tant les responsables algériens savent l’appui qu’apportent les influents Etats du Golfe au Maroc dans l’affaire du Sahara. Un soutien qui a été renouvelé par les chefs de la diplomatie des pays du CCG, le 7 avril à Manama, lors de leur réunion avec le Secrétaire d’Etat américain, John Kerry.

Le ministre saoudien des Affaires étrangères, Adil al-Jubeir, a insisté sur l’importance d’appuyer le plan d’autonomie présenté par le Maroc pour mettre fin à ce conflit régional. Les ministres des affaires étrangères du CCG ont également mis en garde contre « toute décision à même de l’affaiblir ».

Une position qui se situe aux antipodes de celle de l’Algérie, dont les dirigeants et les chefs militaires font tout pour faire avorter la proposition d’autonomie, préférant pérenniser le conflit au risque de compliquer les relations avec le Maroc.

L’autre source d’inquiétude pour l’Algérie, c’est qu’outre l’appui économique et diplomatique que les pays arabes du Golfe apporteront au Maroc, le sommet de Riyad devrait se traduire par l’annonce d’un soutien militaire au royaume.

L’objectif sera de rétablir l’équilibre stratégique avec l’Algérie dont les dépenses militaires ont dépassé 13 milliards de dollars en 2015 (+10% par rapport à l’année précédente), en plus des gros contrats signés cette année.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top