News

L'économie peut-elle rapprocher l'Algérie et le Maroc ? On peut le penser effectivement. L'économie a été à l'origine de la création de plusieurs grands ensembles comme l'Union européenne; l'Asean ou encore le Mercosur. Le Grand Maghreb, quant à lui, est toujours tributaire de la tension entre l'Algérie et le Maroc.

Comment rétablir les relations entre le Maroc et l’Algérie et commencer réellement la construction du Grand Maghreb ? La question ne concerne pas uniquement les deux pays et leurs voisins maghrébins mais aussi l’Europe et surtout la France.

Comme on le sait, le conflit autour du Sahara marocain envenime les relations entre les deux pays. Pour le Maroc, les séparatistes du Front Polisario qui veulent un pays indépendant dans les provinces du Sud marocain, ne sont en fait que la création du pouvoir algérien où les militaires, encore sous influence soviétique, ont la main sur la politique.

L’Algérie soutient partout où la question du Sahara est posée qu’elle ne fait que soutenir les séparatistes à avoir le droit de déterminer par eux-mêmes ce qu’ils voudront être. Cette assertion qui, pour le Maroc, ne résiste pas beaucoup à la vérification sur le terrain, a perdu de son mordant de départ. Même des pays africains, auparavant acquis à la cause algérienne, n’y croient plus quand ils voient que la majorité des sahraouis vivent bien sous la souveraineté marocaine.

Mais la question n’est pas là. Puisque du côté des militaires et des politiques, la situation semblait sans issue, certains avaient pensé que, peut-être, il y aurait plus de chance avec les hommes d’affaires. L’économie pourrait-elle corriger ce que les militaires et les politiques ont dégradé depuis plus de 40 ans ? En tout cas, au début beaucoup y avaient cru. Jusqu’à ce grand banquier, présent dans plusieurs pays africains qui avait voulu investir en Algérie et qui n’avait pas pu obtenir les autorisations officielles.

Plusieurs hommes d’affaires marocains pensent que de bonnes relations avec le voisin de l’Est peuvent avoir de grands impacts sur les économies des deux pays, ce qui est tout à fait normal. Le commerce, les investissements, la formation, la culture, le sport, sont autant de domaines qui pourraient bien profiter de la détente entre les deux pays.

Cela ne veut pas dire que les relations sont inexistantes. Les Marocains exposent dans les salons professionnels algériens et les Algériens font de même au Maroc. Les Algériens vont au Maroc pour leurs vacances, même si les frontières sont encore sous la décision de fermeture des autorités algériennes.

Tout cela laisse supposer que la rupture n’est pas totale et que les ouvertures constatées de temps en temps peuvent être un bon tremplin vers de bonnes relations, surtout que les deux peuples n’ont aucun problème. On peut s’en rendre compte assez facilement en voyant Algériens et Marocains se saluer de part et d’autre de la frontière près de Saïdia, la station balnéaire de l’Oriental marocain. Il n’y a pas de haine profonde entre les citoyens des deux pays et c’est un acquis fondamental.

Par contre, il y a un sérieux risque que des relations économiques pas très claires déteignent sur les relations. Si les patrons marocains se sont fait une place de choix en Afrique sub-saharienne et en Tunisie, ils peuvent en faire autant en Algérie. Il faut juste éviter les moyens détournés et les pratiques illégales. Il y a eu un cas, effectivement, qui aurait pu avoir de grandes conséquences. Un homme d’affaires marocain avait été accusé d’escroquerie à Alger. Selon une source algérienne, le concerné était soupçonné de tentative d’escroquerie en complicité avec certaines personnalités algériennes d’influence.

Par Eric Heriot





0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top