News

Avant de postuler pour un visa, il vous est impératif de lire les textes officiels pour éviter de vous faire arnaquer par les ambassades. 

Il a fallu qu’on me refuse le visa Schengen pour la première fois par l’ambassade de Belgique pour que je lise les textes officiels. J’ai découvert nombre d’informations très utiles que beaucoup de gens ignorent. (Omar Besbes).

Avant de postuler pour un visa, il vous est impératif de lire les textes officiels pour éviter de vous faire arnaquer par les ambassades. Il a fallu qu’on me refuse le visa Schengen pour la première fois par l’ambassade de Belgique pour que je lise ces textes. J’ai découvert nombre d’informations très utiles que beaucoup de gens ignorent.

Sachez que même si l’ambassade coopère avec les prestataires de service comme TLS contact, il vous est possible d’introduire une demande de visa directement auprès de l’ambassade. Vous épargnerez 40% des frais, encaissés par les prestataires de service, pour tout demandeur de visa. Peu importe que vous soyez étudiant ou non. conformément à l’article 17 du règlement CE n 810 de 2009.

“Lorsqu’un état membre a décidé de coopérer avec un prestataire de services extérieur, il devrait maintenir la possibilité, pour tous les demandeurs, de déposer directement une demande auprès de ses représentations diplomatiques ou consulaires.”

Sachez également que si vous êtes étudiant et que vous voyagez pour poursuivre des études ou pour un stage, vous êtes exemptés des frais de visa. Conformément à l’article 16 du règlement CE n 810 de 2009.
« 4. Les demandeurs suivants sont exemptés du paiement des droits de visa :
b) les écoliers, les étudiants, les étudiants de troisième cycle et les enseignants accompagnateurs qui entreprennent des séjours d’études ou à but éducatif;
c) les chercheurs ressortissants de pays tiers se déplaçant à des fins de recherche scientifique (…) »

L’ambassade de Belgique m’a refusé abusivement un visa court séjour pour un stage de recherche sous prétexte que :
  1. Je n’avais pas assez de ressources. L’ambassade m’a requis la somme de 8550 euros pour un séjour de 90 jours alors que pour un étudiant cette somme est de 620 euros/mois et même si j’ai fourni à l’ambassade une réservation au foyer universitaire avec un loyer de 270 euros/mois.
  2. L’ambassade a jugé que la lettre d’invitation signée par le directeur de recherche en Belgique n’était pas suffisante et m’a exigé une convention d’accueil alors que d’après les textes officiels une convention d’accueil n’est requise que pour des séjours supérieurs à 3 mois.
  3. L’ambassade a considéré qu’elle ne pouvait pas garantir que j’allais partir avant que mon visa ne soit expiré même si je lui ai fourni une réservation pour le billet d’avion de retour.
Et pour couronner le tout, l’ambassade a prétendu que j’étais âgé de 35 ans alors que je ne suis pas âgé de 35 ans comme c’est mentionné sur mon passeport.

Il est grand temps que les ambassades apprennent à respecter les gens. Quand l’ambassade exige de nous une réservation pour l’hébergement, une réservation pour le billet d’avion et une assurance voyage, la moindre des choses c’est qu’elle nous informe s’il faut reporter le voyage pour le traitement du visa. Le foyer universitaire en Belgique m’a demandé de payer le loyer même si je n’étais pas en mesure de me rendre en Belgique. Si mon dossier ne remplissait pas les conditions d’obtention de visa, alors je ne vois pas pourquoi l’ambassade a gardé mon passeport pendant un mois.

Je suis allé me plaindre auprès du ministère des Affaires étrangères. Le responsable du bureau des relations avec la Belgique m’a dit qu’il ne pouvait rien faire pour moi et que c’était une décision souveraine. Il a été incapable de m’éclairer ou de me conseiller vers qui je dois m’adresser pour me renseigner sur la procédure de recours.

Je n’ai pas réussi à introduire un recours parce que j’ai perdu mon passeport en sortant de TLS contact et je ne l’ai retrouvé qu’après 3 semaines avec l’aide de la police. J’avais ainsi moins d’une semaine pour trouver un avocat en Belgique étant donné qu’un recours n’est possible que dans un délai de 30 jours de la notification du refus.

Les lois belges vous mettent dans la quasi impossibilité de faire valoir vos droits si l’ambassade vous refuse abusivement le visa. Pour entamer la procédure de recours, il vous faut un avocat en Belgique, une adresse en Belgique et payer 175 euros pour les frais de recours. Or en Tunisie, il nous est impossible de faire un transfert d’argent en monnaie étrangère.

Néanmoins, il est théoriquement possible de procéder à un recours suivant la procédure dite Pro Deo et bénéficier d’une aide juridique qui va vous désigner un avocat gratuitement. Mais le gouvernement belge peut décider aléatoirement que vous ne pouvez pas bénéficier de la procédure Pro Deo, ou bien juger que parce que vous bénéficiez de la procédure Pro Deo, vous n’avez pas assez de ressources et donc refuse de vous accorder le visa.

J’ai réclamé à l’ambassade de Belgique le remboursement des frais de visa parce que les étudiants en sont exemptés conformément à l’article 16 du règlement CE n 810 de 2009. L’ambassade de Belgique m’a répondu que seuls les boursiers de l’État fédéral, les régions, les provinces et les universités accréditées sont exonérés des frais de visa. Cette règle de l’UE, n’est pas applicable sur le territoire belge. En outre, l’ambassade a refusé de m’indiquer le texte officiel qui mentionne cette disposition.

Il est grand temps que l’État tunisien intervienne pour veiller à ce que ses citoyens, d’autant plus s’il s’agit d’étudiants du troisième cycle, soient traités avec respect par les ambassades quand elles décident de demander un visa.

Par Omar Besbes, doctorant en Physique à la Faculté des Sciences de Tunis.
Source









0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top