News

Le projet de loi de « modernisation de la justice au XXIe siècle » prévoit un droit d'accès aux données contenues dans l'ordinateur de chaque véhicule. Ce qui permettra aux forces de police de surveiller l'automobiliste en toutes circonstances.

Le conducteur sera sous surveillance totale. L'accès à ces « informations et données physiques et numériques embarquées du véhicule » pourra aussi indiquer votre comportement au volant (accélération et freinage), détecté par les accéléromètres dont tous les systèmes électroniques embarqués sont aujourd'hui dotés. Ces données intéressent également les compagnies d'assurances : elles pourraient leur permettre de dresser des profils de conduite pour chaque conducteur afin de surtaxer ceux qu'elles estimeront les plus dangereux.

Bref, cette disposition met l'automobiliste sous surveillance et ne lui laisse plus aucune latitude : vous avez dit Big Brother ? L'unique solution pour échapper à cette mesure sera peut-être de rouler dans un véhicule plus ancien qui ne possédera pas de « mouchard électronique », à condition que ce dernier soit autorisé à circuler.

Voilà qui devrait aussi inquiéter les constructeurs de voitures qui rivalisent d'ingéniosité pour proposer une électronique embarquée toujours plus performante. On imagine sans peine l'étape suivante : la fameuse « voiture connectée », dont les mêmes constructeurs font en permanence la promotion, enverra automatiquement les informations « numériques embarquées du véhicule » aux forces de l'ordre ou aux tribunaux. Un relevé d'amende, de perte de points, de suspension ou d'annulation de permis vous sera ensuite signifié.

Source








0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top