News

Pendant que le Maroc lutte pour l’intégrité territoriale du Royaume, certains « élus franco-marocains de la République » s’affichent fièrement avec des activistes polisariens. En effet, certains membres de l’association dénommée « Cercle Eugène Delacroix » (CED) ne se gênent pas à s’associer avec des membres du Polisario dans des cercles occultes.

Certains de ces membres, par « avidité de gloire », n’hésitent pas à vouloir manger dans tous les râteliers. Tantôt, ils sont avec les officiels Marocains entrain de lécher les bottes, tantôt avec l’adversaire à cirer les pompes ! Les photos exposées publiquement dans les réseaux sociaux témoignent de la promiscuité de ces individus avec les ennemis de la patrie.

Pour mémoire, le Maroc avait quitté l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA), devenue depuis (UA) pour ne pas s’assoir autour de la même table avec le Polisario. Très récemment, la femme d’affaires marocaine, Zoulikha Ghallab, a refusé une médaille de distinction de l’union des investisseuses arabes en Égypte parce que la carte du Maroc était amputée de son Sahara.

Déjà en 2009, l’actuelle secrétaire générale du (CED) avait lancé le RED, un réseau d'élus de la diversité de France. Elle tenait le secrétariat général de ce réseau (le Réseau des élus de la diversité), association présidée au lancement par un membre du Polisario élu de Mantes-la-Jolie (78), le dénommé « Sidi EL Haimer ». Coup de théâtre ! Le président « polisarien » du RED était contraint par l’exécutif français à démissionner de cette présidence.... Depuis, la même troupe a créé le CED (Cercle Eugène Delacroix). Au final, le R---ED devient le C---ED ; on ne change qu’une lettre ainsi, le jeu du passe-passe est réussi.

La dénommée association « Cercle Eugène Delacroix » organise, à Epinay S/Seine, un forum annuel où sont invitées à participer des associations marocaines. Les présidents associatifs conviés à cet évènement répondent toujours activement à toutes les manifestations marocaines pour défendre le drapeau rouge et vert. Ces braves gens ne connaissent certainement pas le profil exact des organisateurs sous leur charme affectif et trompeur.

Pire encore, les Institutions marocaines ont été dupées par ces perfides. Ces organismes de l’État marocain aident financièrement l’association (CED) à subsister. Les officiels Marocains ont été conviés à assister à l’inauguration de l’ouverture du Forum programmé les 21 et 22 mai 2016. Continuer à soutenir ces individus, cela signifie à contredire les instructions de SM le roi Mohammed VI. Le discours, du 6 novembre 2015, prononcé à l’occasion de la Marche Verte était clair :
« Quant à ceux, peu nombreux, qui se laissent berner par les thèses des ennemis et s’évertuent à les répandre, il n’y pas de place pour eux parmi nous. Mais pour ceux qui se sont ressaisis et repentis, la patrie est clémente et miséricordieuse. »
Le dénommé activiste polisarien « Sidi El Haimer » est un jeune beur issu de l’immigration natif de la région parisienne. Il est membre actif de l’« Association Jeunes Sahraouis de France ». L’alerte a été déjà décrite depuis 2013, en voilà le contenu publié dans « lereleve.ma » :

[Le Polisario franchit la porte française !

Après que la communauté internationale a mis l’accent sur l’escalade des activités terroristes et criminelles, soupçonnées d’être perpétrées par les membres du Polisario, ce dernier a initié une nouvelle phase dans sa guerre sale contre l’intégrité territoriale du Maroc.

En effet, cette fois-ci le Polisario a procédé à la mobilisation de ses cellules actives en Europe dans le but d’obtenir, par toutes formes de pression et de désinformation nécessaires, le soutien et l’adhésion de l’opinion publique à la thèse des séparatistes.

En France, par exemple, Ce complot est devenu opérationnel par un ressortissant marocain d’origine Sahraoui nommé « Sidi EL Haimer », élu adjoint du Maire de Mantes la Jolie (Mairie située à la banlieue parisienne), qui s’est investi de ses pouvoirs, notamment dans le domaine social, pour exercer un chantage à l’égard des ressortissants marocains dans l’objectif de dévier leur attachement au Maroc en faveur du Polisario.

Dans cette même optique de conspiration, ce responsable a installé dans les locaux sociaux de la ville plus de 200 ressortissants Sahraoui en provenance de l’Espagne dans la perspective d’instaurer une base électorale pro Polisario.

Face à ces pratiques malveillantes, le Maroc doit être vigilant pour contrecarrer le danger que présente une telle tendance à former un lobby en France, dont le pouvoir politique et l’opinion publique au sein des MRE proclament leur soutien à l’initiative marocaine d’accorder un statut d’autonomie aux provinces de sud dans le cadre de la souveraineté nationale.]

Source info : AK
Texte initial corrigé





0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top