News

Un automne relativement chaud et résolument sec, un mois de janvier pluvieux. Entre masses d'air froid et pluies torrentielles, des températures d'une exceptionnelle fraîcheur touchent le Maroc ces derniers temps. La météo du mois de mai est loin des conditions printanières.

Au cours des deux premières semaines de ce mois de mai, le Royaume connait des épisodes pluvieux qui donnent lieu à des précipitations sous forme d'averses orageuses, notamment sur la majeure partie de la moitié nord du pays. Cette situation résulte d'une intrusion d'air froid en altitude, surmontant un air chaud dans les très basses couches, explique la Direction de la météorologie nationale marocaine.

Au Maroc, la température a connu, durant les dernières décennies, une tendance générale à la hausse, mais avec des amplitudes différenciées d’une région à l'autre. Des variations au niveau pluviométrique ont aussi été détectées, souligne la même source.

La station météorologique de Casablanca a enregistré un cumul de 20 mm durant la journée du 4 mai 2016. On enregistre des quantités comparables sinon plus importantes de 27 mm le 2 mai 2011. La ville d’Oujda a, quant à elle, enregistré 18 mm le 10 mai 2016, le maximum de précipitation journalière est de 123 mm, enregistrée le 10 mai 1968.

Les effets du changement climatique ne sont pas négligeables. "Un dérèglement de saisons se fait bien sentir", selon la météorologie nationale. Il s’agit également, ces derniers temps, d’une alternance des temps durant une même période, marquant le passage à l’été.


L’influence de l'homme sur le système climatique est clairement établie. Il est extrêmement probable* que l'influence de l'homme est la cause principale du réchauffement observé depuis le milieu du XXe siècle.

Les changements climatiques induits par cette augmentation de la concentration des gaz à effet de serre auront des conséquences multiples et difficiles à cerner. Cependant, ils devraient causer des modifications, aux échelles régionale et planétaire, de la température, des précipitations et d'autres variables du climat, ce qui pourrait se traduire par des changements mondiaux dans l'humidité du sol, par une élévation du niveau moyen de la mer et par la perspective d'épisodes plus graves de fortes chaleurs, d'inondations, de sécheresses...

Arlette Colin






0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top