News

Après l’adoption par le Conseil de Sécurité de l’ONU de la résolution 2285 portant renouvellement du mandat de la Minurso pour une année, sous certaines conditions, le Ministère des Affaires étrangères a rendu public un communiqué qui exprime la position officielle du Maroc sur ce texte qui, fondamentalement, ne modifie aucunement la donne antérieure, malgré les manœuvres, les complots et les ententes secrètes.

En effet, le Conseil de Sécurité n’a pas modifié les paramètres de règlement de la question du Sahara marocain, ni condamné le Maroc pour le renvoi du personnel civil de la Minurso et encore moins fixé de délais impératifs pour son retour.

En outre, aucune date n’a été donnée pour la tenue d’un soi-disant référendum d’autodétermination, contrairement aux espoirs des adversaires de l’unité nationale. Bien au contraire, ce sont les positions du Royaume portant proposition d’un plan d’autonomie des provinces du sud qui ont été évoquées, qualifiées de « sérieuses et crédibles », tout comme a été soulignée la nécessité d’un accord politique entre les parties.

Enfin, l’Algérie a de nouveau été pointée du doigt pour son refus obstiné (depuis 40 ans) de permettre le recensement des populations sahraouies enfermées dans les camps de Tindouf.

Et, comme tout texte qui est adopté par le Conseil de Sécurité, cette résolution marque néanmoins des positions qui expriment en réalité des compromis entre les Etats qui soutiennent clairement le Maroc, ceux qui lui sont franchement hostiles, et ceux qui balancent entre leurs amitiés traditionnelles et leur volonté de conclure de nouvelles alliances !

Le résultat, in fine, est globalement positif pour le Royaume, parce que l’essentiel de nos acquis et de nos positions a été repris par cette résolution !

On comptera donc parmi nos « vrais amis », la France, l’Espagne, la Grande-Bretagne, la Chine, l’Égypte, le Sénégal.

On comptera parmi nos tièdes amis, les États-Unis, rédacteurs d’un texte qui, s’il était passé en son état initial, aurait constitué un revers pour le Maroc.

On comptera parmi les amis relatifs la Russie, qui a joué à l’ours qui grogne, mais obtempère, en cherchant à la fois à préserver ses amitiés traditionnelles en Afrique, (Algérie, Angola, Mozambique, Afrique du Sud), mais en s’abstenant lors du vote alors qu’elle dispose du droit de véto !

En ce sens, Moscou a donné naissance à une nouvelle version du proverbe, « tous ceux qui ne sont pas avec moi sont contre moi », le remplaçant donc par la formule: « tous ceux qui ne sont pas contre moi, sont avec moi ». Cette position de neutralité, matérialisée par l’abstention russe, est en réalité positive pour le Maroc parce qu’elle lui profite objectivement ! Ce qui doit être mesuré, ce ne sont pas les propos de circonstances du représentant russe au Conseil de Sécurité, ses propositions ou ses regrets. C’est le vote qui compte et le vote russe n’a pas constitué un obstacle pour l’adoption de la résolution.

Il restera donc à notre diplomatie À faire preuve d’audace, d’imagination et de dynamisme pour mettre à profit le délai de trois mois accordé par cette résolution pour l’organisation du retour du personnel civil de la Minurso à des conditions non léonines pour notre cause sacrée et nos convictions.

Et l’on gardera de tout cet épisode, passablement « chaud » que le Royaume, objectivement, aura réussi à mettre en échec les plans extrêmement dangereux qui étaient programmés contre notre unité nationale par Ban Ki-moon, ses soutiens algériens et certains « faux-culs » bien installés à Washington !

Fahd YATA
lnt.ma/



0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top