News

Une petite entreprise a reçu une facture pharaonique de Bouygues Télécom après le déplacement d'une de ses salariées à l'étranger. 

A la suite du déplacement au Maroc d’une de ses salariées, partie avec un smartphone de l’entreprise, un patron a reçu une facture plus que salée... Il assure qu’il n’y a eu aucun avertissement sur la consommation de données, particulièrement chère en dehors de l’Union européenne.

Le « BILL SHOCK », ou « choc de facturation », ça existe encore. On croyait ce type de désagréments disparu sous l'effet d'une nouvelle réglementation soucieuse de mieux protéger le consommateur voyageant à l'étranger avec son smartphone. Mais l'exemple de Pierre-Alain Guilllot vient nous rappeler, à quelques semaines des grands départs en vacances, que la vigilance reste la meilleure alliée du consommateur en vadrouille.

Surtout s'il quitte l'Europe
« En août et septembre 2015, raconte le gérant de la société Frigo Driver, implantée dans le Val-de-Marne, j'ai reçu deux factures de Bouygues Télécom qui me réclamait au total 60 410,97 € HT ! Je venais de changer d'opérateur et j'ai d'abord pensé à un piratage. »

Cette facturation, qui est aujourd'hui encore en négociation entre l'avocat de Frigo Driver et Bouygues Télécom, fait suite au déplacement d'une collaboratrice du 11 au 21 août au Maroc. « Elle va régulièrement en Allemagne et en Grande-Bretagne, et il n'y a jamais eu de problèmes », insiste Pierre-Alain Guillot, avant de dénoncer les pratiques de l'opérateur. « Il n'y a eu aucune alerte de consommation. Et d'un seul coup, sans prévenir, la carte SIM a été désactivée. » Ce n'est qu'en se rendant dans une boutique Bouygues que le jeune patron a fait le lien avec le séjour marocain de sa salariée. Mais il conteste toujours la colossale addition.

A 10,24 € le mégaoctet téléchargé, visionner un film coûte 5 000 €

Interrogé, l'opérateur assure respecter toujours le même protocole. « SMS à l'arrivée à l'étranger, SMS à partir d'un certain seuil de consommation, et alerte avant coupure de ligne, par sécurité pour le client en cas de vol », explique-t-on chez Bouygues Télécom.

De fait, rappelle l'Arcep, le gendarme des télécoms, « sauf accord particulier, la réglementation impose aux opérateurs de verrouiller la fonction de téléchargement dès lors que la facture a franchi le seuil de 50 €. Un SMS doit alerter le client dès que 80 % du seuil est franchi et avant coupure de ligne. »

Mais pour des raisons techniques, ces alertes sont adressées non pas en euros, mais en volumes de consommation : minutes de communication ou nombre de mégaoctets (Mo) téléchargés. Or, les consommateurs ignorent souvent les tarifs en vigueur ( voir ci-dessous). Chez Bouygues, un Mo téléchargé -- facturé 10,24 € -- représente par exemple quatre mails avec pièce jointe. Pour un film sur mobile, comptez 500 Mo, soit plus de 5 000 € ! Pour 60 000 € de facture, la salariée de Frigo Driver a théoriquement téléchargé ou envoyé 6,1 Go (6 150 Mo) de data. C'est beaucoup, « mais loin d'être impossible, car ça va très vite avec la vidéo », nuance l'Arcep.

Ce type de contentieux devient rare. Mais Bouygues rapporte l'histoire d'un chef d'entreprise parti fin 2015 en République dominicaine avec sa fille et le smartphone de la société. La facture télécom des vacances avait atteint 66 000 €.




0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top