News

Le tribunal de Montreuil a décidé ce mardi 28 juin de rejeter le référé déposé par le préfet de Seine-Saint-Denis, le jugeant irrecevable. 

Le préfet avait saisi la justice en 2015, après avoir demandé plusieurs fois à Azzedine Taibi, le maire de Stains, d'enlever une banderole en hommage à Marwan Barghouti, "le Mandela Palestinien", qui était affichée sur le fronton de la mairie depuis 2009.

Sommé par la cour d'appel de Versailles, Azzedine Taibi avait été contraint d'enlever la banderole le 25 mai dernier en attendant le jugement définitif, sous peine de pénalités financières journalières. Le tribunal a considéré que les conclusions de la préfecture motivant ce recours sont « tardives et irrecevables », a expliqué Azzeddine Taïbi, le maire (PCF) de Stains.

« Le Maire et la ville de Stains se félicitent de cette décision de justice. L’État de Droit a triomphé ! L’irrecevabilité de l’intégralité des accusations du Préfet démontre la tentation d’un procès à caractère politique portée par les accusateurs mais balayé par l’expression d’une justice indépendante», se réjouit Azzedine Taïbi.

Le maire de Stains, accompagné de nombreux soutiens s'était rendu au tribunal administratif de Montreuil le 14 juin pour défendre sa cause.
« A l’absence d’intérêt local, nous défendons la nécessité de promouvoir les droits humains, comme vecteur d’émancipation et de progrès. Le droit à la dignité concerne tous les peuples, y compris les prisonniers politiques, et implique chaque citoyen !», clame Azzedine Taïbi. « De même que dénoncer l’apartheid n’était pas du racisme anti-afrikaner, la critique d’un gouvernement d’extrême droite israélien qui mène une politique coloniale barbare, n’est pas de l’antisémitisme !», rappelle le maire.
Ravi de la décision du tribunal, Azzedine Taibi donne rendez-vous à la mairie de Stains aux habitants demain (mercredi 29 juin) à 19h15 juste avant le conseil municipal pour accrocher de nouveau la banderole.

Nadir Dendoune

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top