News

Depuis plusieurs années, avec l’assentiment de la France, l’Algérie déterre ses morts et les jette dans des fosses communes.

La France vient de publier une annonce concernant de nouvelles expropriations de cimetières juifs. Il faut rappeler qu’à l’époque où ces personnes étaient enterrées, la plupart du temps, elles achetaient leur caveau « à vie », c’est à dire qu’elles payaient à pris d’or la certitude de reposer en paix jusqu’à la fin des temps… Ce qui n’est donc pas respecté

Quoi qu’il en soit, par arrêté du 26 mai 2016 (que l’on trouve en cliquant ici), le Ministère des Affaires étrangères français a communiqué la liste des cimetières qui seront « regroupés » dans les anciens départements d’Alger, d’Oran et d’Annaba. Les familles désireuses d’effectuer à leur frais le transfert en France des restes mortels de leurs défunts ont un délai de 6 mois pour le faire savoir au consul général d’Alger, d’Annaba ou d’Oran.

Mais pour cela, il faudra alors retrouver des papiers, des preuves exactes, de l’emplacement des corps de leurs proches. La plupart du temps, les juifs d’Algérie sont partis sans rien. Ils ont même oublié, 60 ans plus tard, dans quelle allée du cimetière se trouvent leurs ancêtres. Dès lors, pour sûr, la mémoire de leurs parents sera détruite et enfouie dans une fausse commune qui ne respecte pas les lois juives.

Réhabilitation des Cimetières Juifs du Maroc « Les Maisons de la Vie »
 

L’ouvrage sur « La Réhabilitation des Cimetières Juifs du Maroc - Les Maisons de la Vie » sa été présenté à l’IMA le 1er février 2015 dans le cadre de la programmation sur « Le Maroc Contemporain ». Cet ouvrage repère et répertorie les 167 sites funéraires juifs réhabilités aux quatre coins du Royaume. Cette entreprise de réhabilitation répond à une démarche exceptionnelle lancée par Sa Majesté le Roi Mohammed VI en 2010.

Véritables archives à ciel ouvert, témoins de l’enracinement millénaire des juifs du Maroc, porteurs de la mémoire vivace du pays, ces 167 sites funéraires sont le reflet d’une longue histoire que le Maroc de Mohammed VI a décidé de restaurer et d’intégrer à son patrimoine, en respect au Préambule de la nouvelle Constitution marocaine.

Mémoire des lieux, lieux de mémoire arrachés au passé et à l’oubli, des dizaines de cimetières et de mausolées continuent de témoigner et de veiller comme autant de sentinelles bienveillantes, et nous invitent à perpétuer leur mémoire comme un message de paix à l’heure des crispations et des conflits.


Rencontre animée par Serge Berdugo, Secrétaire général du Conseil des communautés israélites du Maroc ; en présence de S.E. Ahmed Toufiq, Ministre des Habous et des Affaires islamiques du Royaume du Maroc.

Arlette Colin
Médias ZYR / MIPAI





0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top