News

Au moins 32 personnes ont été tuées mardi soir dans un triple attentat-suicide, mené par trois kamikazes, survenu dans l'aéroport international Ataturk d'Istanbul, a rapporté l'agence de presse Dogan.

Selon les autorités, des explosions ont d'abord eu lieu à l'entrée du terminal des vols internationaux vers 22H00 (19H00 GMT). Les assaillants ont mitraillé des passagers ainsi que des policiers en faction, une fusillade a éclaté et les kamikazes se sont fait sauter.

L'attentat n'avait pas été revendiqué trois heures plus tard et des responsables turcs ont estimé prématuré de l'attribuer au jihadisme, tandis que l'agence de presse Dogan évoquait la piste du groupe Etat islamique, en citant des policiers. Un grand mouvement de panique s'est emparé du terminal des vols étrangers lorsque deux violentes explosions suivies de coups de feu ont d'abord été entendues.


"C'était très fort, tout le monde a paniqué et s'est mis à courir dans toutes les directions", a déclaré l'un d'eux sur CNN-Türk au sujet des deux violentes déflagrations.

Tous les vols ont été suspendus au départ d'Ataturk, le plus grand aéroport de Turquie et le 11e dans le monde, qui a vu transiter l'an dernier quelque 60 millions de passagers.

Abdullah Agar, un expert des affaires de sécurité et de terrorisme, interrogé par CNN-Türk, a privilégié la thèse d'un attentat jihadiste. Les deux plus grandes villes de Turquie, Istanbul et Ankara, ont été secouées depuis l'an dernier par une vague d'attentats qui a fait plus de 200 morts et des dizaines de blessés. Ceux-ci ont souvent visé des lieux touristiques emblématiques -- provoquant une chute rapide du tourisme - ou les forces de sécurité turques.

Cause à effet ?
Pour rappel, à quelques heures après l’annonce d’un accord de réconciliation avec Israël, le président turc Recep Tayyip Erdogan, avait fustigé les "pratiques illégales" d'Israël à Jérusalem, rapportait mardi le Times Of Israel. Dans ses déclarations durant le diner de l’iftar, Erdogan avait déclaré que malgré l'accord, la Turquie continuerait à répondre aux doléances des Palestiniens.

En effet, un accord de réconciliation a été conclu lundi entre la Turquie et Israël qui comprend une indemnisation de 20 millions de dollars (18 millions d'euros) aux familles des dix Turcs tués lors de l'assaut contre le navire Mavi Marmara en 2010 avait annoncé le Premier ministre turc Binali Yildirim. En contrepartie, Ankara se serait notamment engagée à empêcher le Hamas au pouvoir à Gaza de mener des activités anti-israéliennes à partir de son territoire, mais il pourra continuer à avoir des activités diplomatiques en Turquie.



0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top