News

Plus hypocrite, tu meurs ! Ainsi la ministre Hakima El Haite, déléguée chargée de l’Environnement, juge que les ordures arrivées au Maroc ne seraient pas dangereuses ! Or le problème des déchets italiens ne fait pas seulement scandale en Italie mais dans toute l’Europe.

Le trafic de déchets, un business « éco-mafieux »
Surtout que ces déchets proviennent de la décharge « Taverna Del Re » dans la région de Campanie près de Naples où leur toxicité fait débat. La région de Naples est ainsi devenue la poubelle de l’Europe. Les industriels se débarrassent de leurs déchets avec l’aide de la Camorra italienne. Les produits industriels hautement toxiques sont mélangés aux déchets domestiques. Ces déchets sont néfastes pour la santé et pour l’environnement, leurs composantes chimiques sont prohibées. Le ministère de la santé italien reconnait officiellement que le taux de cancers dans la région de la décharge est trop élevé. Les cancers du côlon ou du foie seraient en hausse de 300% depuis 2008 dans les localités les plus exposées.
« La Camorra est responsable. Elle travaille main dans la main avec des industriels malhonnêtes » précise un prêtre, le père Patriciello. « Disons la vérité. Certains entrepreneurs d’Europe du Nord sont de mauvaise foi et cherchent à se défendre en disant que ce n’est pas leur problème. Mais je pense qu’ils ont tous tort. C’est un problème global. » « Si une entreprise veut recycler de manière légale un container de déchets plastiques, cela lui coûte 60.000 euros. Une facture divisée par 10 si elle s’en débarrasse en passant par un intermédiaire mafieux. Et une facture qui baisse encore si on expédie les déchets vers le Tiers-Monde. »
L’Italie est ainsi de moins en moins la destination finale des déchets mais plutôt une plaque tournante vers d’autres ports et d’autres continents.


Le trafic de déchets opère de façon complexe et sophistiquée. C’est un trafic qui est rendu possible par la fabrication et l’usage de faux documents qui font référence à des sociétés-écran qui n’ont aucune existence légale. Les documents fiscaux et douaniers qui accompagnent les déchets pendant leur transport sont des faux. Le transport est donc réalisé derrière un masque qui semble légal. Le parlement italien vient de voter une loi sur les délits environnementaux. Elle prévoit 15 ans d’emprisonnement pour toute personne jugée coupable de trafic illégal de déchets. Mais face à un problème européen, les autorités italiennes attendent des législations européennes.


Les déchets sont bons pour le Maroc et pas pour l’Italie, cherchez l’erreur !
Si les déchets ne sont pas toxiques et qu’ils peuvent être incinérés au Maroc, pourquoi les italiens ne les bruleraient pas sur place et ainsi ils économiseraient beaucoup d’argent en les utilisant comme énergie ? Le Maroc qui reçoit la COP22 et qui veut préserver l’environnement à l’échelle mondiale, va t-il donner le bon exemple en devenant la décharge de la « merde italienne » ? Le zéro Mika vient d’être interdit, mais Mme El Haite commande, avec la bénédiction de son gouvernement, des milliers de tonnes de plastiques que nous prétendons ne pas savoir comment s’en débarrasser. Nous érigeons un institut de développement durable pour sensibiliser les citoyens à préserver la nature, alors que les responsables signent des accords avec les pollueurs ! « Faites ce que je régente, pas ce que j’acte ! » Décidément, nous vivons dans un monde où le business prime sur la raison !


 Signez la compétition ici : 
change.org/p/refus-de-la-gestion déchets-italiens-sur-le-territoire-marocain

Arlette Colin
Médias ZYR






 

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top