News

Suite à la mobilisation du collectif des victimes floués de la plus grande arnaque immobilière au Maroc « Paradise Beach & Golf Resort », les Ministères marocains de l'intérieur et de la justice se sont proclamés partie civile dans cette affaire, rapporte le journal « Alakhbar ».

Selon des sources juridiques, la cour de justice a retardé sa délibération dans le cas Larbi Tadlaoui (le promoteur véreux) et ce jusqu'au 25 août afin que l’investigation sur les procédures et réglementations puisse être poursuivie. Les 800 victimes, étrangers et marocains (MRE) attendent que la justice statue sur ce dossier pour que les lésés puissent récupérer leurs biens.

Pour rappel, depuis 10 ans et pour des raisons obscures, la justice marocaine ne s’est pas donnée les moyens pour élucider cette affaire et l’accusé n’a nullement était inquiété malgré les lourdes accusations qui pèsent contre lui. A signaler aussi, les graves manquements des autorités qui étaient chargées des procédures de construction et de vente du projet « Paradise Beach & Golf Resort » sur la côte de Tanger.

Cette affaire prend de l’ampleur et dépasse les frontières marocaines. Les victimes ne lâchent pas prise et continuent à alerter les pouvoirs publics par les nombreuses manifestations organisées à l’étranger, notamment en Grande Bretagne devant l’ambassade et le consulat du Maroc à Londres. Le collectif déclare maintenir la pression sur les décideurs marocains par des actions similaires à commencer par une mobilisation massive devant les ambassades durant les élections électorales et l’organisation de la COP22 au Maroc. Ce scandale ternit l’image du Royaume et crée un impact négatif sur l’investissement étranger dans une période où le pays est engagé dans de grands chantiers à l’échelle internationale comme l’organisation de la Conférence des Parties sur le climat à Marrakech.

La prochaine grande manifestation est prévue le 10 octobre 2016
devant l’Ambassade du Maroc à Londres; Cette date coïncide avec l’arrivée du nouvel ambassadeur, Abdeslam Aboudrar, ancien responsable de l’Instance nationale de probité et de lutte contre la corruption. Ces actions seraient répétitives tant que justice ne soit pas faite déclare le collectif.

Arlette Colin
ZYR Médias / Institut MIPAI

L’Institut MIPAI (The Moroccan Intelligence and Public Affairs Institute) est un « think tank » dont l’objectif est de produire et diffuser des solutions économiques destinées à aider le Maroc, ses institutions et ses entreprises dans leur développement).


0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top