News

Ce qui se passe actuellement à la frontière Maroco-mauritanienne n'augure rien de bon. La susceptibilité de nos voisins du sud, activement animée par certains cercles français et les gouvernants d'Alger, n'est plus à prouver.

En janvier dernier, le régime de Ould Abdelaziz a fait élever le drapeau mauritanien au-dessus de Laguira. Puis, il a largement ouvert le territoire mauritanien aux activistes, aux trafiquants et aux mafias polisariens.

Dernièrement, il a refusé de recevoir un émissaire de M6 et engagé son administration dans une campagne de sabotage des entreprises marocaines opérant soit en permanence soit en transit vers le Sénégal. Les techniciens de Maroc Telecom et les personnels de la RAM qui y sont constamment harcelés et empêchés d'accomplir leurs tâches habituelles en savent quelque chose.

Le No Man's Land de plusieurs kilomètres qui sépare les deux postes frontaliers entre les deux pays et qui porte si bien son nom de Kandahar est devenu une terra nullius abritant toutes sortes de trafics.

C'est bien cet espace criminogène que l'armée marocaine semble avoir investi il y a quelques heures. En temps de sérénité, les deux pays collaboraient pour la tranquillité et le "nettoyage" épisodique de ce non man's land (Kandahar). Mais, depuis plusieurs mois, les responsables mauritaniens l'ont ouvert à davantage d'activité délictuelle et criminelle.

Pourvu que cela n'évolue pas vers une confrontation armée. Le président issu d'un coup d’État militaire doit réfléchir à deux fois avant de commettre l'irréparable !

Par Abdessamad MOUHIEDDINE

Source








0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top