News

Tous les ans, l'OMS publie un rapport sur la qualité de l'air de près d'un millier de villes (> à 100000 habitants) dans le monde. Il s'agit de mesurer le niveau de micro-particules de pollution présentes dans l'air, des particules qu'il n'est bien sûr pas franchement bon de respirer.

La pollution urbaine est de plus en plus importante dans le monde : le niveau de particules fines en milieu urbain a progressé de 8 % au cours des cinq dernières années, révèle l’Organisation mondiale de la santé (OMS/2016). Si la situation est plus ou moins sous contrôle dans les pays riches, la pollution de l’air s’aggrave dans les pays en développement.


Ainsi, les villes étudiées les plus polluées sont en Chine, Inde, au Pakistan ou au Nigeria avec des niveaux dépassant 500 microgrammes par mètre cube (µg/m3). Par comparaison, le niveau de pollution à Casablanca (Maroc) est de 61 µg/m3, une ville qui reste loin derrière les grandes métropoles les plus polluées de la planète !

A l’inverse, le Canada est le pays avec la meilleure qualité de l’air, avec la Finlande, l’Estonie, l’Islande, l’Australie, l’Irlande et la Nouvelle-Zélande.


On pourrait qualifier les images de l’épais brouillard de pollution, qui a paralysé la ville de Harbin dans la province du Heilongjiang, en Chine, d’apocalyptiques. Le 21 octobre dernier, alors que la ville redémarrait son système public de chauffage à l'approche de l'hiver, des sommets inégalés en matière de pollution de l’air ont été atteints. Selon les données des stations de contrôle de l’air, les concentrations en particules fines, ont atteint 1 000 microgrammes par mètre carré, soit plus de quarante fois le seuil recommandé par l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Cette nouvelle nous amène au palmarès des 10 des villes les plus polluées au monde selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS)
  1. Ahwaz, en Iran : une cuvette, une chaleur étouffante, des industries bien lourdes et plein de voitures, l'air de Ahwaz est proche de l'irrespirable.
  2. Oulan-Bator, en Mongolie : les nomades mongols habitués aux vastes steppes et à l'air frais doivent avoir du mal à se faire à l'air vicié de la capitale...
  3. Sanandaj, en Iran : même à près de 1500 mètres d'altitude, ce n'est pas le bon air de la montagne que l'on respire à Sanandaj.
  4. Ludhiana, en Inde : si vous êtes en exploration touristique dans le Penjab, évitez si possible de vous arrêter par Ludhiana, ou au moins, munissez-vous de masques.
  5. Quetta, au Pakistan : pas loin d'1 million d'habitants vivent dans cette grande ville de montagne. Cela fait beaucoup de monde à respirer un air saturé de micro-particules...
  6. Kermanshah, en Iran : toutes sortes d'industries rejettent leurs émissions peu recommandables dans l'air de Kermanshah, gros pôle industriel iranien.
  7. Peshawar, au Pakistan : déjà que les attentats se banalisent à Peshawar, ses habitants n'ont même pas la chance entre deux attaques meurtrières de respirer un peu tellement l'air est pollué.
  8. Gaborone, au Botswana : le Botswana se révèle une destination qui grimpe pour les amateurs de safari. Avec son air malsain, la capitale, elle, risque d'avoir du mal à retenir les touristes.
  9. Yasouj, en Iran : encore l'Iran ! Une nouvelle fois, grosses industries et qualité de l'air ne font pas bon ménage.
  10. Kanpur, en Inde : l'équation n'est pas compliquée : Kanpur regroupe 2,5 millions d'habitants et se classe 10e ville la plus industrialisée d'Inde. Résultat : le 10e air le plus pollué au monde.
Institut MIPAI
L’Institut MIPAI (The Moroccan Intelligence and Public Affairs Institute) est un « think tank » dont l’objectif est de produire et diffuser des solutions économiques destinées à aider le Maroc, ses institutions et ses entreprises dans leur développement).






0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top