News

Rien ne m'est plus insupportable que les va-et-viens entre le noir et le blanc, le bien et le mal... Je méprise le manichéisme. Une tête est faite pour tourner à plein régime, ne se satisfaisant jamais des paresseuses certitudes. AM le 6 août 2016
Aucun rapport, de près ou de loin, avec les deux cannibalismes que sont la "scatophagie" de l'Aïd et l'anthropophagie électoraliste qui pue les boyaux ! Des salopards qui se goinfrent de milliards grâce à des moutons qui se goinfrent de moutons en y laissant la peau des fesses, la voilà la tragédie ! Un peuple transformé en un magma de mendiants dont le credo est réduit à "Mbarak la3wachar" et la vision au sacrifice d'un bicornu. Non, je n'ai rien à voir avec cette puanteur barbare faite de sueur, de sang et de...merdouille ! Abdessamad Mouhieddine le 11/9/2016
Vivement un vaccin contre la connerie, un antibiotique contre la filouterie et un anti-inflammatoire contre la lâcheté ! AM le 11 août 2016
Le "m'as-tu-vu" gouverne l'imaginaire marocain : Les 4x4, les salons kilométriques interdits aux enfants, mais exhibés aux invités qui subissent ainsi "la crevaison des yeux", la prière du vendredi où l'on distribue un orphelin dirham à chaque mendiant à la sortie de la mosquée... En vérité, ce comportement est quasiment consubstantiel à un mental où la vie pour soi est lamentablement sacrifiée au profit du regard de l'autre. Le marocain est terrifié à l'idée d'être seul ; c'est un "nous" déguisé en "je". "Tu nous manques", "nous nous sommes régalés", "Nous ne sommes pas le genre"...etc. autant de formulations linguistiques qui renseignent sur un mental qui a élu le "global" pour expression individuelle.  Pour se déplacer à une administration, on mobilise un ou plusieurs amis qui investissent ainsi le bureau d'un préposé. Pour un tribunal ou un commissariat, c'est pire ! Aucune confiance en soi tant cette peur de type chtonien colonise encore les entrailles de l'individu. L'émergence d'un individu libre et responsable n'est pas pour demain ! AM le 5 août 3026
Anthropologue, journaliste, écrivain, poète... Adessamad Mouhieddine est titulaire d’un Doctorat en Anthropologie (USA).





0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top