News

Une vague de solidarité avec Aicha Ech-chenna est née sur les réseaux sociaux. Plusieurs activistes la défendent et s’élèvent contre les propos de Hammad Kabbaj, le candidat PJD à Marrakech, qui la traite d’icône de la débauche.

Le Salafiste Hammad Kabbaj, le candidat PJD à Marrakech, a traité Aicha Ech-chenna d’icône de la débauche. Deux associations: «Touche pas à mon enfant» et «Oum El Banine» ont informé la présidente de l’association Solidarité féminine qui défend les mères célibataires. «On m’a appelé pour me dire ce que ce fou furieux a écrit sur sa page facebook», confie Aicha Ech-chenna dans des propos à Le360.

Une semaine après le communiqué de «Touche pas à mon enfant», une vague de solidarité est née sur les réseaux sociaux. Plusieurs activistes soutiennent Aicha Ech-chenna et publient des textes pour faire montre de solidarité à son égard. Mais contrairement à certaines rumeurs, elle ne baissera pas les bras.

«Ce n’est pas la première fois qu’on m’attaque de cette manière. C’était le cas en 2002 et lorsque j’ai reçu le prix Elizabeth», déclare t-elle avant d’affirmer qu’elle continuera à se battre. «Je continuerai à faire mon travail dans la dignité, souligne-t-elle. Je lutte contre l’exclusion et je continuerais à réveiller les consciences"

Selon Aicha Ech-chenna, si Hammad Kabbaj considère qu’elle est une icône de la débauche, elle s’interroge pourquoi le gouvernement et son parti qu’il représente aux futurs échéances électorales n’a rien fait pour lutter contre cette débauche.

La présidente de Solidarité féminine déclare qu’elle ne va pas intenter de procès et qu’elle laisse la justice divine faire son travail. «Au tribunal il y a des humains, je préfère laisser le jugement à Dieu», conclut-elle.

Par Qods Chabaa
Le360.ma








0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top