News

Une conférence internationale, sous le thème "Opportunités d'affaires dans une ville durable - Tanger", a été organisée jeudi par la mission diplomatique des États-Unis au Maroc.

Le directeur exécutif du bureau de l'Administration de commerce international des États-Unis dans la région MENA, Christian Reed, a, affirmé, lors de cette rencontre, que le port de Tanger Med est en voie de devenir le plus grand port de transbordement en Afrique. En effet, Tanger Med a franchi la barre des 3 millions de conteneurs EVP en 2014, soit 20 % de plus que le trafic enregistré tout au long de l'année qui précède.

Prenant la parole à l'ouverture des travaux, le responsable américain a estimé que Tanger est prête pour une croissance soutenue. "Cependant, il est essentiel que cette croissance soit jumelée avec les pratiques d'infrastructure et d'affaires durables pour garantir son développement dans l'avenir, qui affirmera son importance pour l'économie nationale et mondiale," a-t-il ajouté.

Il a aussi relevé que les zones franche et industrielle de Tanger, en tant que passerelle pour l'Europe et les États-Unis vers l'Afrique, attirent beaucoup d'investissements étrangers, invitant les entreprises américaines à investir davantage dans la région à même de créer un climat d'affaires dynamique et de développer le commerce à plus grande échelle.

De son côté, le président de la Chambre de commerce, d'industrie et de services (CCIS) de Tanger-Tétouan-Al Hoceima, Omar Moro, a précisé que l'investissement américain à Tanger a permis la création de 11.000 postes d'emplois avec un investissement total de 150 millions de dollars, soit l'équivalent de 1,5 milliard de dirhams. Il a ajouté que ce chiffre place les États-Unis à la quatrième place en matière d'investissements directs à la Zone franche de Tanger, après le Japon, la France et l'Espagne.

La région a certes ses défis mais l'intérêt d'une telle conférence consiste à favoriser le dialogue entre les opérateurs économiques marocains et leurs homologues américains et à susciter une réflexion sur la création de nouveaux produits et de nouvelles possibilités, a-t-il remarqué, appelant à réfléchir sur les moyens de tirer profit des contacts "B to B" et développer davantage les échanges bilatéraux dans les secteurs de l'aéronautique, l'automobile, l'énergie, l'industrie, l'agriculture et l'agroalimentaire.

Pour sa part, le vice-maire de Tanger, Mohamed Amahjour, a affirmé que Tanger a depuis toujours occupé une place de choix dans les préoccupations stratégiques américaines, mettant en avant la position stratégique de la ville, ses infrastructures et ses potentialités économiques. La ville du Détroit, qui connaît ces dernières années un développement économique sans précédent, est considérée comme une destination de choix pour les investisseurs nationaux et étrangers, a-t-il souligné, estimant que, dans quelques années, la ville serait le premier pôle industriel au Maroc.

A noter que cette rencontre qui réunit un parterre d'experts marocains et américains dans les domaines d'urbanisme, de commerce et de l'énergie, a pour objectif de prospecter les opportunités d'affaires dans la région, d'échanger les expériences et d'apporter des solutions de développement durable efficaces afin de les intégrer dans la planification urbaine.

Elle intervient à un moment crucial où le Maroc s'apprête à abriter la 22ème Conférence de la convention des Nations Unies sur les changements climatiques (Cop22), prévue en novembre prochain à Marrakech, en vue de promouvoir le développement durable.

Avec Xinhua








0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top