News

L'homme est accusé par un artisan parisien de 53 ans de l'avoir molesté sur ordre de la fille du roi Salman. Il conteste les faits.

Mis en cause dans la plainte déposée par un artisan parisien le 26 septembre, un individu au service de la protection de la fille du roi Salman d'Arabie Saoudite (1) est actuellement entendu dans les locaux d'un service de la police judiciaire de la capitale. D'après les premiers éléments recueillis par Le Point, il conteste les faits qui lui sont reprochés.

Rappelons qu'un artisan appelé pour faire des travaux dans l'appartement de cette princesse, situé avenue Foch, dans le 16e arrondissement de Paris, s'est retrouvé, sur son ordre, molesté par ses gorilles. La raison : il avait photographié les lieux, afin de pouvoir remettre tout en place à l'issue de son intervention, mais la princesse l'avait accusé de vouloir revendre les clichés à la presse. Selon la plainte de cet artisan, il a été ligoté puis tenu en joue par un homme qui lui enjoignait de baiser les pieds de la princesse.

LIRE aussi  Paris : Une princesse saoudienne zélée ordonne de "frapper" et "tuer" un artisan parisien
Joint par lepoint.fr, l'avocat du garde du corps Me Élie Hatem a remis en cause la version de la victime, niant par exemple toute présence d'arme à feu. "Il y avait plus de 20 personnes dans l'appartement. Comment ces faits décrits par le plaignant ont pu passer inaperçus ?" interroge la robe noire.

Pour l'instant, les enquêteurs n'ont pas pu entrer dans l'appartement pour faire la lumière sur les faits qui sont reprochés à la princesse, qui n'a pas d'immunité diplomatique, selon le Quai d'Orsay. Des investigations qui seraient pourtant d'autant plus utiles que, selon nos informations, des caméras de vidéosurveillance sont installées dans plusieurs pièces de cette résidence royale.

Par Aziz Zemouri
lepoint.fr/

(1) La princesse mise en cause porte le même prénom que la fille de l'ex-roi Khaled, d'où une confusion dans l'article publié mercredi, dont nous prions nos lecteurs de nous excuser.


0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top