News

Le Haut-commissariat au plan (HCP) a rendu publiques les principales conclusions de l’enquête nationale sur le secteur informel au Maroc. Le secteur contribue à hauteur de 11,5% au PIB et génère un chiffre d’affaires de plus de 410 milliards de DH.

L’étude réalisée en 2013 et 2014 a couvert un échantillon d’environ 10.000 unités de production réparties sur l’ensemble du territoire national. Très fournie et riche en enseignements, l’enquête a permis de dénombrer 1,68 million d’unités de production informelles (UPI) en 2013, contre 1,55 million quatre ans plus tôt. Ce qui représente une progression annuelle moyenne de 19.000 unités (1,2% par rapport à 2007).

Selon les données issues de cette enquête, ces UPI ont investi 3,366 milliards de DH en 2013, soit une progression annuelle de 3,2% depuis 2007. Cela représente une contribution de 1,1% à la formation brute du capital fixe national. La répartition par secteur indique que les services en ont réalisé 50%, le commerce plus du tiers, l’industrie 12,2% et les BTP 5,3%.

Concernant le volet emploi dans la sphère informelle, le HCR note que celui-ci portait sur 2,4 millions de personnes représentant 36,3% de l'emploi non-agricole à l’échelle nationale. En détail, on apprend que 233.000 indépendants employeurs ont recruté 420 000 salariés et distribué 11,4 milliards de DH de salaires correspondant à près de 4% de la rémunération salariale à l’échelle nationale et représentant 11% de la valeur ajoutée globale du secteur informel.

Moins de 9% des femmes sont à la tête des directions des UPI donc faiblement féminisées, à l’exclusion de celles relevant des activités de type industriel ou du travail à domicile où la proportion des femmes est respectivement de 23% et de 60%.

A noter que le secteur informel regroupe toutes les unités de production non agricoles qui exercent des activités de production de biens et services sans se conformer aux dispositions statutaires et comptables auxquelles sont soumises les entreprises opérant dans les différents secteurs de l’économie nationale. Selon le HCP, son champ exclut les activités illicites ou illégales, par définition occultes, et dont l’approche demanderait d’autres compétences que celles du HCP.




0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top